Passé par Tales from the Crypt et Mad, le légendaire dessinateur Jack Davis est mort

Antoine Oury - 28.07.2016

Manga/BD/comics - Comics - Jack Davis dessin - Jack Davis Mad Magazine - Jack Davis EC Comics


Une des dernières légendes de l'âge d'or des comics horrifiques vient de s'éteindre : Jack Davis, 91 ans, est mort ce 27 juillet 2016. Après des débuts dans la publicité, il était devenu un des principaux contributeurs de la maison d'édition américaine EC Comics, spécialisée dans les comics d'horreur. En 1952, il avait mis ses crayons au service de Mad Magazine, un titre incontournable de la presse satirique américaine.

L'affiche du film Un monde fou, fou, fou, fou de Stanley Kramer, sorti en 1963, signée par Davis

 

 

Né le 2 décembre 1924 à Atlanta, en Georgie, Jack Davis s’entraîne à dessiner très jeune, alors qu’il écoute Bob Hope à la radio : il essaye alors de représenter l’humoriste sans jamais l’avoir vu... Si ces premiers dessins annoncent ses célèbres caricatures de personnalités, Jack Davis commence sa carrière au sein de l’US Navy, pour son service militaire, et dans les pages du quotidien Navy News.

 

De retour à l’université, il créé un journal satirique Bullsheet (jeu de mots sur « Bullshit », « connerie »), et, à l’âge de 25 ans, commence à dessiner pour gagner sa vie avec, première commande importante, un manuel pour la marque Coca-Cola. Grâce à l’argent gagné, il suit des cours à l’école d’art Art Students League of New York et tente, en parallèle, de se faire embaucher dans les maisons d’édition de comics, qui se multiplient à l’époque.

 

Après plusieurs échecs, il rencontre Bill Gaines et Al Feldstein, qui deviendront des collaborateurs de longue date : « Ils ont vu mon travail, il était horrible : ils m’ont tout de suite offert un boulot », se souvient Davis. Son passage chez EC Comics se remarque surtout avec la série Tales from the Crypt à laquelle il donne un Gardien de la Crypte revu et corrigé, plus détaillé que la version de son collègue Feldstein.

 

 

 

Il illustre un nombre important d'histoires, publiées dans Tales of the Crypt, mais aussi au sein de The Haunt of Fear, Frontline Combat, Two-Fisted Tales, The Vault of Horror, Piracy, Incredible Science Fiction ou encore Crime Suspenstories... Il illustrera notamment « Foul Play », une histoire devenue célèbre pour avoir été citée par le Dr. Frederic Wertham dans son brulot contre les bandes dessinées, Seduction of the Innocent, qui donnera naissance à la Comics Code Authority.

 

En 1952, il participe aux premiers numéros de Mad, publié par EC Comics et créé par Harvey Kurtzman et William Gaines : Al Feldstein est lui aussi au rendez-vous, et l'équipe fera bientôt de Mad un magazine de poids, qui cumulera jusqu'à 2 millions de lecteurs en 1974. Davis les suit sur les 30 premiers numéros du magazine Mad, avant de participer, notamment, aux autres publications éditées par Kurtzman, Trump, Humbug et Help !, entre autres.

 

Avec la reconnaissance de son trait, Davis peut se consacrer aux dessins de pochettes d'albums, de couvertures de livres ou de magazines, tout en poursuivant sa collaboration avec Mad.

 

Reconnu par la profession, Jack Davis est entré au Will Eisner Hall of Fame en 2003.

 

 

via Wikipedia, Comic Book