Piratage, bourses, auteurs : 2020, année de la bande dessinée

Nicolas Gary - 29.01.2019

Manga/BD/comics - Univers BD - année bande dessinée - Franck Riester BD - 2020 jeux olympiques


La bande dessinée fera l’objet d’une grande fête, l’an prochain, ainsi en a décidé le ministre de la Culture. Franck Riester, lors de son passage à Angoulême, a officialisé l’une des suggestions du rapport sur la politique à mener en matière de soutien au 9e Art. 2020, Année de la bande dessinée, c’est sur les rails.

BD Jazz - Deauville Livres et Musique
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 
Dans l’idée de renforcer la reconnaissance tant institutionnelle que symbolique du monde de la BD, Pierre Lungheretti, dans son rapport, suggérait de placer l’année 2020 sous le signe des bulles. Une approche intéressante, puisque 2020 sera également l’année des Jeux olympiques qui se dérouleront à Tokyo. 

On peut dès lors aisément imaginer que le monde manga, et plus spécifiquement les mangakas français, pourrait largement tirer profit de cet éclairage. 
 

On va baigner dans les bulles


Dans son principe, l'année de la BD « aurait vocation à valoriser l’ensemble de la chaîne du livre ainsi que les initiatives culturelles conduites sur l’ensemble des territoires et par la multiplicité des opérateurs concernés (État, collectivités territoriales, établissements culturels, associations, auteurs, éditeurs, libraires...) »
 


À ce titre, Franck Riester envisageait également un concours biennal pour les jeunes auteurs – sur le modèle de ce qui existe pour les architectes et les paysagistes. Il s’agirait de « faciliter l’insertion professionnelle des jeunes auteurs ; encourager la diffusion de leur travail ; leur donner de la visibilité ». Et plus encore, de maintenir un lien entre les jeunes auteurs et leurs aînés.

2020 année de la bande dessinée, c’est la toute première proposition que le rapport soumettait. 

« Cette “année” permettrait de lancer la nouvelle politique nationale en faveur du 9e art. Elle pourrait prendre la forme d’opérations de visibilité, de promotion et de valorisation d’initiatives existantes avec un dispositif d’appel à projets et de labellisation des projets émanant des collectivités territoriales, des associations et acteurs privés, l’ensemble étant porté par une communication nationale », indiquait le rapport. 
 
Avec un budget estimé à 150.000 € pour 2019-2020, consacré aux appels à projets et à la communication, cette mesure serait confiée à un chargé de mission « par redéploiement au sein de la DGMIC ». Une avancée tout de même colossale pour tout un secteur, et plus encore pour ses créateurs. 

La proposition a été pleinement retenue par le ministère, qui choisit bien d’en confier l’organisation au Centre national du Livre, en collaboration avec la Cité internationale. « J’y vois un binôme intéressant, des institutions qui ont vocation à coopérer plus encore, à travailler et interagir ensemble », assurait Franck Riester.
 

Soutien aux auteurs et lutte anti-pirates ?


En outre, cette année de la BD verrait l’émergence de 10 bourses proposées pour l’occasion, d’un montant de 8000 €. Dans le cadre du concours biennal, donc, « une dizaine de jeunes créateurs [...] percevraient une aide de création du CNL, permettant la publication de leur ouvrage en lien avec un éditeur ». Le tout avec un parrainage reliant les générations. 

Parmi les autres pistes que cette année de la BD pourrait découvrir, le rapport envisage un programme pluriannuel d’observation du secteur piloté par le Département Études Prospective et Statistiques du ministère de la Culture en lien avec la filière. Mais également un renforcement de l’action antipiratage, avec une campagne de promotion des plateformes légales, le tout en lien avec Hadopi.

On sait que le ministre de la Culture se montrerait sensible à cette idée : il avait en effet été rapporteur pour les projets de loi Hadopi 1 et Hadopi 2. Il avait d’ailleurs plaidé en faveur d’une Hadopi pour le livre. Lors des discussions autour du Prix unique du livre numérique à l’Assemblée nationale, ce dernier avait particulièrement insisté pour que l’Hadopi puisse s’appliquer au secteur du livre.

On sait, depuis, ce que le Syndicat national de l’édition en a pensé...


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.