Pour Ghost Rider, Marvel facture 17.000 $ à Gary Friedrich

Clément Solym - 15.02.2012

Manga/BD/comics - Comics - Ghost Rider - Disney - Gary Friedrich


Hasard du calendrier ou coup de projecteur volontaire, on ne saura probablement jamais. Mais le fait est que Gary Friedrich, l'autoproclamé créateur du personnage de Ghost Rider est au cœur de l'actualité comics. Un mois après la fin du procès qui l'opposait à Marvel au sujet de l'origine de comics, le jugement a été rendu de son ensemble. Loin des plusieurs millions en dommage et intérêts auxquels il prétendait, le verdict est sans ambiguïté : c'est en fait Gary Friedrich qui a lésé Marvel de 17.000 $ !

 

En réalité, Gary Friedrich a le droit de se prétendre comme étant le créateur de Ghost Rider mais ni plus ni moins qu'il a le droit de se prétendre comme l'inventeur du sandwich jambon-beurre. Donc le verdict affirme que l'auteur présumé ne dispose d'aucun droit d'auteur particulier à revendiquer sur sa création. Et ce, pour une bonne raison, bien que créateur d'un personnage intitulé Ghost Rider en 1967, il n'a que collaboré au scénario de la plus célèbre variante sortie quelques années plus tard.

 

Si le personnage a toujours été un spectre, il a entre les deux troqué son cheval contre la fameuse moto. Son véhicule actuel serait une Suzuki Hayabusa, aussi connue comme étant la motocyclette la plus rapide de l'ouest (plus de 300 kilomètres par heure au compteur).

 

Y'a pas à dire, c'est un bel engin. Un brin salissant...

 

Celui qui reste le seul créateur reconnu du comics est donc Roy Thomas, le successeur du légendaire Stan Lee à la tête de Marvel. Et cela est d'autant plus officiel que Gary Friedrich avait cédé en 1978 tous ses droits à Marvel. Bien que bénéficiant d'une redevance annuelle de la part de l'éditeur, Friedrich avait intenté dès 2004, c'est-à-dire au moment où se dessinaient les prémices d'une adaptation au cinéma, des actions en justice pour récupérer ses droits déchus. Aujourd'hui, il est quasiment ruiné par les centaines de milliers de dollars que lui a coûtés cette affaire en avocats et autres frais de justice.

 

Une souris, une cage et des planches : le monde selon Disney

 

Et ce n'est donc pas tout, le jugement stipule que Gary Friedrich a utilisé Ghost Rider afin de gagner de l'argent. Depuis 1978 donc, l'auteur dessine des planches, signe des autographes, des casquettes, crée ses propres produits dérivés et des t-shirts à l'effigie du chasseur de prime spectral. En cela, le verdict indique qu'il a fait perdre 17.000 $ à Marvel en manque à gagner.

 

Une somme qui paraît dérisoire à côté des 200 millions de dollars investis pour les deux adaptations avec Nicolas Cage, mais Marvel est la propriété de Disney depuis 3 ans maintenant. Quand l'on observe l'acharnement avec lequel la société s'est défendue pour prolonger la durée des copyrights de Mickey, il n'est pas étonnant de les voir passer cinq ans au tribunal pour voir un point de vue aboutir. Ne serait-ce que pour 17.000 dollars.