Pour Halloween, Davy Mourier vous fait connaître La Petite Mort, en série

Antoine Oury - 23.10.2017

Manga/BD/comics - Univers BD - La Petite Mort BD - La Petite Mort série - Davy Mourier BD


Depuis 2013, les éditions Delcourt publient l'existence mouvementée de La Petite Mort, c'est-à-dire La Faucheuse, et de sa famille, Papa mort et Maman mort. Dès le 22 octobre, les 10 épisodes de la série adaptée de la bande dessinée de Davy Mourier seront diffusés sur Studio 4, la plateforme des webséries de France TV.




 

À l'attention des adolescents et des jeunes adultes, La Petite Mort raconte le destin d’un jeune faucheur, l’incarnation de la Mort pour les vivants, qui aimerait davantage devenir fleuriste que d’embrasser la funeste profession de son père. 

 

Une série animée en 10 épisodes (10x4’30) — Adaptée de l’œuvre éponyme de Davy Mourier aux éditions Delcourt — Réalisée par Joris Clerté et Pierre-Emmanuel Lyet - Coproduite par Ex Nihilo, Doncvoila Productions et France Télévisions Nouvelles Écritures. Avec les voix de : Brigitte Lecordier (Petite Mort), Simon Astier (Papa Mort), Constance (Maman Mort), Monsieur Poulpe (Hans), Kaycie Chase (Ludovic), Fily Keita (Audrey) et aussi Jérôme Pauwels, Clotilde Rullaud, Joris Clerté et Pierre-Emmanuel Lyet.


Le synopsis :
 

Un après-midi d’été, une famille pas comme les autres emménage dans un petit village de campagne. Il s'agit de la famille Mort. C’est le début d’une nouvelle vie pour la Petite Mort, le fils de la famille. Dés le lendemain, il découvre sa nouvelle école et fait la rencontre de ses nouveaux camarades parmi lesquels Ludovic, l’enfant mal aimé de la classe, et la jolie Audrey. Mais difficile de s’intégrer quand le boulot de votre père consiste à faucher les âmes des vivants !

 


« La Petite Mort, c’est la vie et toutes ses interrogations vues par la Mort elle-même, ou plus précisément par la Faucheuse et sa famille. C’est en 2009 que l’idée de La Petite Mort s’est imposée à moi alors qu’un proche était suspendu entre la vie et la mort. Pendant ces 3 jours, l’attente était horrible et le temps ralenti », explique Davy Mourier.

 

« J’ai alors commencé à griffonner des faucheuses, perturbé par ce qu’il se passait. Le personnage, une faucheuse enfant, m’a tout de suite plu et je me suis dit : c’est “une petite mort”. D’un simple strip publié sur mon blog, La Petite Mort est devenue un album de 96 pages, puis un second, un troisième… Angoissé par la Mort, La Petite Mort est là pour m’aider à accepter l’inacceptable et j’espère réussir à faire passer cela auprès du public. Avec La Petite Mort, j’essaye aussi de creuser la question du déterminisme. »