Pour mobiliser les activistes, Obama évoque Conan le Barbare et Spider-Man

Antoine Oury - 26.03.2015

Manga/BD/comics - Comics - Barack Obama - comics Conan le Barbare - Spider-Man


Le président américain est un grand fan de comics, le fait est connu. Mais le grand chef des États-Unis vient de récidiver, et se sert de ce détail véridique pour se rapprocher des militants, potentiels électeurs du parti démocrate. Dans un courrier diffusé par l'ONG démocrate Organizing for Action, il rappelle ses attaches aux comics, et ce qu'ils ont pu signifier dans son engagement politique.

 

 

Barack Obama en couverture alternative de The Amazing Spider-Man 583

 

 

Comme le rappelle l'illustration ci-dessus, Barack Obama avait reçu sa dose d'hommages en provenance de l'industrie du comics américain. Outre Marvel, les créateurs Larry Hama, au scénario et Christopher Schons, au dessin, avaient créé la mini-série Barack the Barbarian, en référence à des propos du président où il se déclarait grand fan de la série, dans ses jeunes années.

 

Obama reprend donc cette passion populaire dans un courrier envoyé aux potentiels militants : la ficelle est grosse, puisqu'il s'agit de rendre compte d'un président humain, proche des Américains, particulièrement des jeunes. Mais elle reste malgré tout efficace.

 

« J'ai grandi en chérissant les comics. À l'époque, j'étais particulièrement fan de Conan le Barbare et Spider-Man. Quiconque a lu des comics le sait : chaque personnage principal a une histoire de base. Et c'est la succession d'événements généralement inattendus qui font d'eux ce qu'ils deviennent », écrit le président. La même chose est valable pour les activistes sur le terrain, explique Obama.

 

« Dans mon cas, c'est une annonce 'Besoin d'aide' que j'ai vue à la New York Public Library. Il s'agissait d'un travail de soutien aux communautés et aux églises dans le sud-ouest de Chicago. Pour 10.000 $ par an », se souvient Barack Obama. Il s'agit aussi de rappeler l'histoire de Barack Obama, ancien fumeur de marijuana, venu de la rue, formé dans la rue, et finalement président des États-Unis.

 

La lettre était également publiée dans le cadre d'une campagne d'Organizing for Action, invitant les militants à raconter leur première fois. En matière d'activisme, bien sûr.