Pour se racheter une conduite, Marvel célèbre le mois de la femme en mars 2016

Antoine Oury - 16.12.2015

Manga/BD/comics - Comics - Marvel éditeur comics - femme sexualisation personnages - mois de la femme mars


L'industrie du comics est tiraillée par les mutations sociales dont son public est le reflet : les potentiels lecteurs de comics sont de plus en plus nombreux, et peuvent se laisser convaincre par des récits plus simples et accessibles. Face à eux, les fans purs et durs, et les auteurs, qui n'ont parfois pas envie de voir leur univers favori plié dans tous les sens pour convenir au grand public. Les personnages féminins et plus généralement la représentation des femmes sont au cœur de ce dilemme.

 

Spider-Gwen #6, par Emanuela Lupacchino

 

 

 

Les questions de la place et de la représentation des femmes dans les comics ne sont pas récentes : le sujet est débattu depuis plusieurs années, et toujours avec la même passion. La récente expérience de BuzzFeed, qui proposait à des femmes de tailles et de corpulences diverses de mimer les postures sexy et acrobatiques des personnages féminins des comics, a encore suscité des réactions. Positives ou négatives, d'ailleurs, certains soulignant que les personnages masculins ne sont pas mieux servis en matière de postures improbables.

 

Certes, mais difficile de comparer personnages masculins et féminins en matière de sexualisation : à ce petit jeu, la balance penche définitivement du côté des femmes. Et Marvel, tout comme son rival DC Comics, d'ailleurs, entend changer la donne et proposer des personnages féminins dans d'autres postures que celles du sex-symbol ou de la femme lascive.

 

Les actions de Marvel ont parfois été maladroites : lorsque l'éditeur annule des dessins auparavant validés, par exemple, simplement pour éviter un débat sur ses choix éditoriaux. Une réaction épidermique qui avait eu le don de prodigieusement agacer les créateurs, et à juste titre. Ou comment le travail d'un éditeur, et les limites qu'il peut discuter avec l’auteur, se retrouvait sur la place publique et débattus à travers les réseaux sociaux.

 

D'autres tentatives s'avèrent plus heureuses, et ce sont celles qui concernent directement la ligne éditoriale : Marvel a ainsi brillamment réussi le virage vers de nouvelles héroïnes, plus fortes, plus drôles et plus indépendantes avec des séries comme Spider-Gwen, Ms. MarvelMoon Girl, ou encore Jessica Jones sur Netflix. Et ce sont ces personnages que Marvel mettra en valeur en mars 2016, mois de la femme, avec une série de couvertures spéciales. On retrouvera Jamie McKelvie, Evan Shaner, Phil Noto, Vanesa Del Ray, Tula Lotay, Emanuela Lupacchino, Annie Wu et quelques autres dessinateurs pour 25 couvertures spéciales.

 

L'œil avisé cherchera la sexualisation... C'est donc finalement possible ?

 

 

 

(via Comics Alliance)