Pourquoi le Doctor Strange de Marvel doit être un film psychédélique

Antoine Oury - 06.01.2015

Manga/BD/comics - Comics - Doctor Strange Marvel - Stan Lee Steve Ditko - film adaptation comics


Le film Doctor Strange est bel et bien confirmé, avec son acteur principal : Benedict Cumberbatch sera ce chirurgien arrogant doté de pouvoirs mystiques après un voyage dans l'Himalaya. Un scénario improbable, mais un personnage charnière, et extrêmement puissant, dans l'univers Marvel. Le studio aura la lourde tâche de rendre justice aux créations bariolées de Steve Ditko, son créateur, et Frank Brunner, un des plus importants dessinateurs du personnage.

 


Bon courage pour rendre ça au cinéma... Dessin de Steve Ditko

 

 

Avec Les Gardiens de la Galaxie, Marvel a définitivement envoyé son univers cinématographique dans le cosmos. Certes, une première étape avait été franchie avec Thor, y compris au niveau du kitsch, mais les héros du blockbuster de l'été 2014 étaient véritablement hors de la Terre. Ce nouveau décor des productions Marvel va devenir la règle, et Doctor Strange, dont la sortie est prévue en 2016, va donner la mesure.

 

Le personnage a été créé par Stan Lee et Steve Ditko, dans la foulée de Spider-Man, et fait sa première apparition dans le numéro 110 de Strange Tales, en juillet 1963. Le succès qui attend les publications de la Maison des Idées ne fait alors que commencer, porté par la jeunesse hippie des années 1960. Le Village Voice s'intéresse à cette petite entreprise, et les rédacteurs reçoivent bientôt des lettres de beatniks, expliquant qu'ils adorent lire les aventures du Docteur « après un ou deux joints ».

 

Au 635, Madison Avenue, Stan Lee verra même débarquer deux adeptes de la Process Church, venus chercher des réponses plus précises auprès des créateurs de Doctor Strange, rappelle Sean Howe dans Marvel : The Untold Story

 

Après le départ de Steve Ditko, qui avait déjà su marquer le personnage d'une aura cosmique et psychédélique (le responsable éditorial Roy Thomas, qui écrira aussi quelques épisodes du Docteur, assurait que personne ne consommait de drogues chez Marvel), le titre est brusquement annulé. 

 

Son retour se fera avec Steve Englehart, jeune loup ayant fait une ascension rapide au sein de la maison comme scénariste. Comme Jim Starlin, il ne fait pas de mystères de sa consommation d'acides : son collègue a impressionné les lecteurs avec Captain Marvel, Englehart fera perdurer l'héritage de Ditko. Choisi par le dessinateur Frank Brunner, avec lequel il avait parlé kabbale et satanisme, Englehart aura tout le loisir d'ouvrir sa conscience.

Dessin de Frank Brunner

 

« Tous les deux mois, on se retrouvait pour dîner, on se défonçait vers 22 heures, et on restait éveillés jusque 3 ou 4 heures du matin. [Brunner] imaginait ce qui aurait vraiment l'air cool, et moi je parlais des endroits où aller avec la conscience du Docteur Strange, et nous en faisions une somme supérieure aux parties », se souvient Steve Englehart.

 

Avec Starlin et quelques autres larrons de la Maison des Idées, le duo parcourt New York, sous acides, à la recherche d'inspiration. C'est ainsi que l'on retrouve une chenille qui fume, Agamotto, dans Doctor Strange, quelques semaines après une projection d'Alice au Pays des Merveilles...

 

Cumberbatch n'a pas fait état de prise d'acides pour le moment, mais seulement de lecture avide de comics.