Poursuivre l'oeuvre ou se laisser distancer : l'avenir de Tintin reste incertain

Antoine Oury - 12.05.2014

Manga/BD/comics - Univers BD - Tintin - Hergé - Fanny Rodwell


Tintin sera-t-il victime de la crise de la presse ? Le reporter serait plutôt au chômage suite à la poigne de fer que les éditions Moulinsart exercent sur l'oeuvre de Hergé. Si Nick Rodwell, administrateur délégué de la maison, avait laissé entendre qu'un nouvel album de Tintin pourrait voir le jour avant l'entrée de l'oeuvre dans le domaine public, les projets semblent encore embryonnaires.

 


Tintin

(karrikas, CC BY-SA 2.0)

 

 

En octobre 2013, Nick Rodwell et Benoît Mouchard, directeur éditorial chez Casterman, assuraient que les aventures du reporter se poursuivraient... en 2052, un an avant la tombée de l'oeuvre d'Hergé dans le domaine public. Une publication qui permettrait de prolonger la protection des droits sur l'oeuvre, afin d'éviter que celle-ci ne soit récupérée « n'importe comment », expliquait alors Nick Rodwell.

 

Et, pour les éditions Moulinsart, le « n'importe comment » couvre pas mal d'usages de l'oeuvre. Récemment, le Tumblr « Le Petit XXIe », qui liait des cases de la bande dessinée aux différents grands titres de l'actualité, a reçu plusieurs injonctions pour infraction au droit d'auteur de la part de Moulinsart...

 

 

 

L'épouse de Nick Rodwell, et veuve d'Hergé, Fanny Rodwell, s'est exprimée dans le Paris Match belge, avec un long entretien repéré par ActuaBD. La légataire universelle des droits d'Hergé assure de son côté qu'« il n'y aura pas de nouveau Tintin », et rappelle que Hergé lui-même « n'avait pas envie [que son oeuvre] soit reprise par d'autres et il faut respecter sa volonté. On rend à César ce qui appartient à César ».

 

D'ici à l'année 2053, quand Tintin devrait juridiquement basculer dans le domaine public, Fanny Rodwell reste réservée quant à la postérité dont bénéficiera le personnage : « La société aura encore tellement changé que l'œuvre ne sera peut-être plus dans l'esprit de la jeunesse de cette époque, on ne sait pas. Dieu sait ce qui se sera passé d'ici là, le monde aura peut-être explosé aussi ! C'est difficile de prévoir ce genre de choses. Il reste du temps. »

 

Du temps qui sera mis à profit pour prévoir une exploitation de l'oeuvre et la « protéger » du domaine public, tout de même : Nick Rodwell, également interrogé, l'assure. « Ah, c'est clair ! Avant que l'œuvre ne tombe dans le domaine public, il faut agir d'une façon ou d'une autre », rappelle-t-il. De ce côté, aucune option n'est négligée : les aventures de Tintin contre le domaine public pourront prendre la forme d'un roman, d'une bande dessinée ou d'un film...