Quand la bande dessinée prend ses quartiers sur les écrans

Lettres numériques - 01.02.2016

Manga/BD/comics - Univers BD - BD numérique - Festival Angoulême - acteurs numériques France


Au cours des dernières semaines, l’actualité aidant, la bande dessinée était au cœur des attentions. Bien entendu, le Festival dédié à Angoulême est toujours propice à différentes communications, mais ces dernières sont particulièrement intervenues dans le domaine numérique. 

 

Hackathon BD numérique au Labo de l'édition

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Via Lettres Numériques

Lire une BD en numérique ? L’idée pouvait paraître quelque peu originale il y a quelques années. Aujourd’hui, la pratique s’est répandue, avec, notamment, l’arrivée d’acteurs comme Izneo et Sequencity, plateformes destinées aux bédéphiles, proposant un large choix d’albums. À l’occasion du 43e Festival international de la Bande dessinée d’Angoulême, Lettres Numériques revient sur l’actualité brûlante d’un marché qui s’est renforcé en ce début d’année.

 

50 % du capital d’Izneo acquis par La Fnac 

 

En quelques heures, la nouvelle a rapidement été relayée par les principaux médias : la Fnac, premier distributeur de BD en France, acquiert désormais 50 % d’Izneo par le biais d’une augmentation de capital, une part égale à celle de l’ensemble des autres éditeurs actionnaires (Ankama, Bamboo, Bayard, Casterman, Dargaud, Dupuis, Gallimard, Jungle et Le Lombard). Ce changement a mené à la nomination du nouveau directeur général d’Izneo : Luc Bourcier.

 

Pour rappel, Izneo (dont nous vous parlions dans cet article) est une plateforme de distribution et de vente de BD lancée en 2010 par plusieurs éditeurs spécialisés dans le domaine. Depuis sa création, Izneo propose une offre d’abonnement en illimité à 9,90 € par mois, qui avait fait l’objet de critiques suite à l’arrivée de Kindle Unlimited en France. En juin dernier, après avoir travaillé en concertation avec la médiatrice du livre Laurence Engel, le modèle proposé par Izneo est validé avec comme conséquence un catalogue à 99 % composé de BD appartenant au groupe éditorial Média-Participations.

 

Actuellement, Izneo propose un catalogue de plus de 14 000 titres, fortement consultés par les lecteurs puisque la plateforme aurait atteint 6 millions d’albums feuilletés depuis 2010. À noter que l’acteur propose le feuilletage gratuit des premières pages de l’ensemble de ses titres. Les fans de BD peuvent accéder aux albums non seulement depuis le site, mais aussi via les librairies en ligne comme Fnac.comAppleGoogle PlayMollat.comTea, etc. Ils peuvent également retrouver toutes les bandes dessinées proposées par Izneo sur les sites des bibliothèques publiques.

 

Le partenariat entre la Fnac et Izneo devrait profiter aux deux acteurs. D’un côté, la Fnac, « partenaire clé des éditeurs BD, pourra bénéficier de l’expérience d’Izneo et de sa position de leader sur le marché de la BD numérique » comme l’expliquait Claude de Saint Vincent, directeur général de Media-Participations et président d’Izneo, dans le communiqué du 28 janvier. Il poursuit : « Parallèlement, le renforcement des moyens financiers et techniques d’Izneo devrait permettre le développement du trafic, des ventes et la création de nouveaux services. » 

 

 

 

Que du bonus donc. Mais Izneo ne s’arrête pas là puisqu’il multiplie les partenariats, notamment avec Le Figaro, 01.net, La Libre Belgique, mais aussi Europe Comics, programme destiné à promouvoir la bande dessinée européenne à l’étranger. Des catalogues en néerlandais (avec Yieha) et anglais sont également en cours de développement.

 

Sequencity élargit son réseau grâce à Canal BD et la Librairie Mollat

 

Alors que le Festival d’Angoulême vient de fermer ses portes, Sequencity (dont nous vous présentions l’offre en 2014), un autre acteur de la BD numérique, a annoncé son nouveau partenariat avec les libraires du réseau Canal BD, lequel compte aujourd’hui 105 librairies participantes, en France, Suisse, Belgique et Québec, ainsi que la Librairie Mollat, première librairie indépendante de France. La plateforme collabore désormais avec 109 librairies partenaires, une opportunité pour ces acteurs de vendre des BD numériques et de réaffirmer leur rôle de prescripteurs auprès des lecteurs.

 

Revenons à ce propos sur la particularité de Sequencity. La plateforme de BD, Manga et Comics (également accessible via une appli pour iPad) est la première qui propose aux « bédévores » de bénéficier, contrairement à la majorité des librairies en ligne, de conseils personnalisés de la part de libraires spécialisés. 12 000 titres (et 60 éditeurs représentés) sont au catalogue, un nombre qui justifie l’intervention d’experts du domaine pour guider le lecteur dans ses achats. Coups de cœur et nouveautés sont mis en avant. Et pour permettre à l’intéressé de se faire une meilleure idée du contenu, un feuilletage gratuit est également proposé et la possibilité de dialoguer en direct avec des libraires passionnés.

 

Grâce à ce nouveau partenariat avec Canal BD et la Librairie Mollat, Sequencity, perçue comme « la start-up qui réconcilie les libraires avec la BD numérique », compte bien poursuivre l’objectif visé dès le lancement du projet en 2014 : valoriser les compétences croisées des libraires BD entre physique et numérique. Denis Lefebvre, cofondateur de la plateforme confirme : « Notre association avec un réseau de cette ampleur soutient l’intérêt de notre approche pour poursuivre notre ambition d’humaniser la vente de livres numériques. »

 

Delitoon, le « Netflix » du webtoon

 

À l’occasion du festival d’Angoulême toujours, Delitoon, première plateforme européenne dédiée à la bande dessinée en ligne (webtoon), dont la première version avait été lancée en 2011 par Didier Borg, a fait peau neuve. En effet, la plateforme proposera d’ici la fin de l’année 2016, près d’une centaine de séries BD. Via le site, le lecteur peut charger des crédits et ensuite les utiliser pour acheter les épisodes d’une série. Le principe de la sérialisation de contenus est en vogue (voir notre article sur le sujet) et le webtoon déjà très répandu en Corée du Sud.

 

En quelques secondes seulement, l’épisode apparaît sur l’écran choisi (ordinateur, tablette, smartphone) et la lecture s’effectue selon le principe du « scrolling ». Le marché du webtoon pourrait-il se développer en Europe ? Didier Borg, fondateur de Delitoon, en est convaincu : « Aujourd’hui, nous avons tous des écrans mobiles. Et on consomme énormément de contenus culturels sur ceux-ci. […] Le terrain est encore vierge en Europe sur ce segment. Mais nous espérons amener des auteurs de chez nous à créer des webtoons ».

 

2016 s’annonce donc prometteuse pour le marché de la BD numérique, avec l’émergence de nouveaux contenus, et la mise en place de partenariats fructueux entre des acteurs qui ont choisi d’unir leurs efforts pour défendre un 9e art, toujours plus prisé par les lecteurs papier et numérique.