Quino, le papa de Mafalda, sacré Officier de la Légion d'honneur

Clément Solym - 02.12.2012

Manga/BD/comics - Univers BD - Officier de la légion d'honneur - Quino - Mafalda


Présent au Salon du livre et de la presse Jeunesse de Montreuil, Joaquin Salvador Lavado Tejon a été bien accueilli. On s'est en effet empressé de lui punaiser au torse un insigne pour le gratifier du titre d'Officier de la Légion d'honneur. Aurélie Filippetti, qui avait perdu à la courte paille, s'est fendue d'un discours pour l'occasion.

 

 

 

Joaquin Salvador Lavado Tejon, alias Quino st le créateur de Mafalda, né en juillet 32. C'est en 1964 qu'il débutera avec la petite fille, par laquelle le public mondial lui réservera un chaleureux accueil. Abandonnant la gamine dix ans après sa création, il se consacre depuis 1973 à l'élaboration d'une oeuvre riche et poétique, sans héros récurrent, aussi personnelle qu'universelle.

 

« Toute la France vous connaît, vous aime : tant de vos albums ont circulé entre nos mains, tant de rires, de sourires, de réflexions avons-nous eu en vous lisant au fil des années. Mafalda fait partie de notre vie. Elle est, au fond, la petite fille libre et affectueuse, insolente et tendre, au cœur frais et déjà lucide que nous aimerions avoir ou que nous aimerions être », a assuré la ministre, hier, redevenue probablement petite fille elle-même, pour l'occasion. 

 

Petit extrait d'un discours presque ému 

Ces vérités que vous n'avez cessé d'exprimer à travers elle, avec elle. Et parmi ces vérités la nécessité absolue de la liberté, le respect de la liberté, l'exercice permanent de la liberté face à toutes les dictatures, face aux ordres imposés, aux négations du libre arbitre. Cela, vous l'avez prouvé dans votre propre vie par vos engagements, par vos départs, votre manière de vous tenir droit, de ne jamais vous incliner.

Si vous êtes un si grand dessinateur, c'est parce que le dessin n'est pas simplement pour vous une distraction, un divertissement, une évasion gratuite, il a un sens politique. Il est un moyen de révéler une société à elle-même, de nous en dire, grâce au comique, les dérives, les absurdités, les injustices.

Mafalda est toute petite, mais elle est plus grande que tous les sociologues du monde ; elle est toute frêle, mais avec sa mappemonde fétiche, elle a un esprit plus solide, plus avisé, plus pertinent que bien des politologues.

Et avant de remettre solennellement les insignes à l'auteur, la ministre de conclure : « Provision d'humour, de légèreté, de lucidité, de plaisir et de gravité aérienne, c'est ce que nous avons fait avec vous. Et c'est pour cela que nous vous sommes tellement reconnaissants.

 

Vous n'avez cessé de vouloir comprendre le monde qui nous entoure. Vous êtes ainsi un grand humaniste, un humaniste jamais sévère, si près, par vos dessins, par votre attitude, du cœur des autres. »

 

Mafalda, dont les 50 ans seront célébrés en 2014, et non 2012, comme certains l'espéraient. Quino était intervenu pour rectifier le tir sur cette question, en mars dernier. « Il est difficile de faire une chronologie s'agissant d'un personnage de BD: Mafalda sera toujours une petite fille » précisait-il, quelque peu philosophe.