Rendez-vous anime sur Arte : Les Enfants Loups, Ame et Yuki

Cécile Mazin - 16.12.2014

Manga/BD/comics - Univers Manga - Mamoru Hosoda - Les Enfants Loups, Ame et Yuki


La chaîne franco-allemande proposera de découvrir ce 17 décembre – oui, demain... – le film d'animation Les enfants loups, Ame & Yuki, à 20 h 50. Il s'agit du troisième film réalisé par Mamoru Hosoda, particulièrement plébiscité actuellement par la critique et le public. En France, lors de sa sortie, le film avait regroupé plus de 200.000 spectateurs.

 


 

 

Le réalisateur a déjà produit La Traversée du temps (Mention spéciale du Jury du Festival International du Film d'Animation d'Annecy 2007, Film d'animation de l'année au Tokyo Anime Fair 2007) et Summer Wars (Sélection officielle du Festival International du Film d'Animation d'Annecy 2010, Awards of the Japanese Academy 2010).

 

 


Étudiante à l'université, la douce Hana s'éprend d'un jeune homme solitaire qui lui révèle un secret : il est mi — homme, mi-loup. Confiante et entière, Hana l'aime sous ses deux identités. Bientôt, deux enfants de sang mêlé, une fille, Yuki, et un garçon, Ame, viennent sceller le lien du couple. Mais un jour, l'homme-loup meurt et Hana doit élever seule ses petits, qui se transforment en louveteaux quand cela leur chante. La belle et les petites bêtes Touché par la grâce de bout en bout, tant par sa force évocatrice que dans la fluidité de son graphisme, Les enfants loups,

 

Ame et Yuki conte d'abord l'amour absolu d'une femme – variation sur le thème de la belle et la bête – puis d'une jeune mère courage, dont la beauté d'âme irradie le récit. Bien au-delà de la réflexion sur la quête d'identité de deux « bons petits monstres », Mamoru Hosada accompagne son héroïne au cœur noble et sa progéniture avec une tendresse si délicate que l'émotion surgit presque à chaque scène. Car dans cette chronique du quotidien, la poésie enchante avec la même ardeur les travaux domestiques que les facéties animales et les inquiétantes audaces de l'intrépide Yuki et de son timide cadet – un parfum d'enfance si juste qu'il inspire une prégnante mélancolie. Dans ce flamboyant mélo animé, le cinéaste excelle aussi, à l'instar de Hayao Miyazaki, à peindre les saisons et la nature sauvage où règne le maître loup et où l'homme se ressource.