Robinson Sucroë : plagiat confirmé, mais réduction des indemnités

Clément Solym - 21.07.2011

Manga/BD/comics - Univers BD - robinson - plagiat - sucroe


La Cour d’appel du Québec a confirmé mercredi que la société Cinar, France animation et le distributeur Ravensburger avaient bel et bien plagié le projet du scénariste québécois Claude Robinson intitulé Robinson Curiosité, devenu le dessin animé à succès Robinson Sucroë

Au terme d’une bataille juridique de 14 ans, le juge Claude Auclair de la Cour supérieure du Québec les avait déjà condamnés en août 2009 à verser des dommages-intérêts de 5,2 millions $ CA (voir notre actualitte).

Mercredi, la Cour d’appel a révisé ce montant à la baisse pour l'établir à 2,7 millions $ CA (2,85 millions de dollars américains). Ainsi, les juges Benoît Morin, France Thibault et François Doyon accordent 2,5 millions $ de moins à Claude Robinson.

En outre, les magistrats ordonnent aux prévenus de remettre sous 30 jours au scénariste québécois « tous exemplaires de Robinson Sucroë, originaux, dessins, toutes bandes magnétiques ou autres ».



Robinson Sucroë a été diffusé en France sur les chaînes Canal +, France 2 et France 5. C’est l’histoire d’un journaliste naufragé sur une île occupée par une tribus indigènes et de drôles de pirates. En tout, le dessin animé a gagné les écrans d'une centaine de pays, sans que Claude Robinson ne touche le moindre droit d'auteur.

Sur le banc des accusés notamment, l’auteur de Robinson Sucroë, Christophe Izard, père de "L'Ile aux enfants" et du dinosaure orange Casimir. « Pour réaliser ‘Robinson Sucroë’, Monsieur Izard s’est inspiré de l’œuvre de Daniel Defoe et de ses séries ‘Le village dans les nuages’ et ‘L’ile aux enfants’, mais il n’avait absolument pas besoin du projet de Monsieur Robinson », a dit à l’AFP Maître Pierre Lefebvre, l’avocat du scénariste français, rappelant que les deux oeuvres en question sont des adaptations parodiques du Robinson Crusoë écrit en 1719 par Daniel Defoe.


Crédit photo : France 5