San Diego devient l'unique Comic-Con des Etats-Unis

Nicolas Gary - 25.08.2018

Manga/BD/comics - Comics - San Diego Comic-Con - procès marque comics - salon comics procès


L’industrie du comics a perdu de sa superbe, mais les salons et festivals parviennent toujours à survolter les foules. Une partie de l’engouement tient à ce que ces manifestations sont avant tout un moment de rencontres, de retrouvailles, et… de cosplay. On comprend que s’appeler Comic-Con devienne alors un enjeu commercial majeur. Or, plus personne n'aura ce droit, sinon San Diego.


San Diego Comic Con International logo
Gage Skidmore, CC BY SA 2.0
 

 

La convention de bande dessinée qui se tient à San Diego vient de remporter une bataille juridique au terme de laquelle elle sera l’unique “Comic Con” du territoire. Elle n’est probablement pas la plus importante des États-Unis, avec quelque 130.000 visiteurs réguliers, mais dans le cœur de beaucoup, c’est l’une des plus appréciées.

 

Elle fut en revanche, et comme chaque année, l’occasion pour les éditeurs et les sociétés de production de dévoiler des gammes entières de nouveaux produits à venir. Ou de célébrer comme pour DC Comics, la longévité de la série la plus longue de l’histoire : Action Comics.

 

Avec plus de 200 000 visiteurs à New York l’an passé, ou encore les quelque 220 000 en décembre 2017 à Sao Paulo, qui est alors devenue la plus importante au monde, les salons articulés autour des comics ont le vent en poupe. 

 

Dans le cadre de la procédure intentée, la San Diego Comic Convention avait porté plainte contre la Salt Lake Comic Con. Au cœur du problème, l’expression Comic Con – le juge ayant rapidement balayé « comic convention », trop générique pour faire l’objet d’un dépôt de marque. 

 

Durant quatre années, les deux villes se sont retrouvées en conflit, avec plus de 500 dossiers déposés. En décembre dernier, un premier procès pour violation de marque déposée avait conduit à une amende de 20 000 $ contre Salt Lake City.

 

Les organisateurs avaient alors saisi le tribunal de district, mais le juge a confirmé le verdict initial, et condamné à 4 millions $ en honoraires d’avocats. Pour le juge, Comic Con ou Comic-Con et toute variante qui phonétiquement ressemblerait à Komikon est donc interdite. San Diego avait réclamé 5 millions $ pour la procédure. 
 

Les super héros règnent au cinéma,
quand les comics s'effondrent

 

Quant à faire appel… les frais de justice sont particulièrement élevés et pourraient inciter Salt Lake City à contester la décision. Dans tous les cas, la 38e édition de la Comic-Con de San Diego s’est bien déroulée, et ses organisateurs assoient plus encore leur position avec cette victoire juridique. 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.