'Sans Depardieu', pas de film Astérix : 'Il est Obélix incarné' (Uderzo)

Clément Solym - 21.04.2012

Manga/BD/comics - Univers BD - Astérix - Albert Uderzo - film


La potion magique a quelque chose de fantastique, comme si elle servait de jouvence. Alors qu'il ne souhaite pas fêter ses 85 ans, Albert Uderzo reste l'homme derrière le petit Gaulois colérique et bagarreur. Il assure tout contrôler de près, alors qu'un nouveau titre est prévu prochainement, et qu'un film approche des salles obscures.

 

Interrogé par l'AFP, le dessinateur assure : « Astérix continue à vivre ! Et moi, je ne suis pas encore à la retraite. Je suis en bonne santé, et si je suis moins actif du fait de mon grand âge, je contrôle tout ce qui touche au personnage d'Astérix de très près et tout ce qui se fait sur le prochain album. » Avec une date de publication possible autour de la fin 2012, Uderzo surveille, corrige, conseille. La nouvelle équipe doit s'habituer à son trait, pour le reproduire, et les nouveaux auteurs, reconnaît-il, sont un peu lents. « Il paraît que c'est difficile de dessiner comme moi. »

 

Pour ce tome, les frères Mébarki, qui travaillent avec l'auteur depuis quelques années, ont pris les commandes. C'est aussi la présence de Jean-Yves Ferri, choisi par Uderzo, pour scénariser ce prochain tome. Comme le disait Anne Goscinny, « Astérix continuera après moi, comme j'avais finalement décidé de continuer à le faire vivre après la mort de René Goscinny. Il y aura toujours des mécontents, mais ils sont assez peu nombreux et beaucoup d'autres séries se sont poursuivies sans leurs auteurs historiques ».

 

 

 

Aujourd'hui, les éditions Albert René sont la propriété du groupe Hachette, qui rapatrie les troupes. Un rachat qui fut l'occasion d'une discorde familiale, et avait abouti à une plainte contre X déposée en octobre 2011 par Sylvie Uderzo, sa fille. Celle-ci estimait que on père était victime d'un abus de faiblesse et elle avait « toutes les raisons de penser que l'influence dans laquelle Albert Uderzo a été progressivement placé sur le plan professionnel est désormais doublée d'une manipulation de la part de son entourage proche, en particulier de son personnel ». (voir notre acualitté)

 

L'histoire devrait se solder par un non-lieu, prochainement, assure le dessinateur, tourné désormais vers la prochaine adaptation du petit Gaulois. Cette fois, c'est Édouard Baer qui campera Astérix. « Ce sera le troisième visage d'Astérix. Ce n'est pas un personnage facile. Il est laid et pas drôle. En revanche, sans Depardieu, j'interdirais qu'on fasse un film. Il est Obélix incarné ! », assure Uderzo. 

 

Dessinateur privé de dessins

 

Uderzo s'était également retrouvé confronté à un contrôle fiscal, l'administration française estimant qu'il n'était pas créateur d'Astérix. Il avait fallu alors remuer ciel et terre, au point que le ministre de la Culture intervienne, pour la création d'une loi qui assure un régime fiscal aux illustrateurs, dont ils étaient jusqu'à lors privés.

 

« Je suis terriblement soulagé qu'enfin, je puisse me voir redevenir auteur, sur les 24 premiers tomes d'Astérix, qui étaient mis en cause par l'administration fiscale.  J'avoue avoir très mal vécu cet épisode. Bien entendu, j'étais aidé d'un avocat pour plaider ma cause. Mais c'est surtout pour mes confrères, qui sont eux aussi tous libérés de ce terrible joug », expliquait Albert Uderzo, à ActuaLitté