Sans l'EPUB, pas de diversité éditoriale pour la BD numérique

Antoine Oury - 10.06.2014

Manga/BD/comics - Univers BD - BD numérique - hackathon - Labo de l'édition


L'effervescence est là, les bulles aussi. Vendredi soir, le Labo de l'édition, à Paris, se préparait pour un hackathon consacré à la BD numérique. Les candidats volontaires devront, en 33 heures, « hacker » le format EPUB, standard du livre numérique, pour lui faire supporter une BD. Tout l'enjeu étant de ne pas se contenter d'une simple BD papier numérisée - l'éternel rendu homothétique. Et les enjeux sont importants. 

 


Samuel Petit (Actialuna, Sequencity) - Hackathon BD numérique au Labo de l'édition

Samuel Petit (Actialuna, Sequencity) (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

 

Avant de chercher à progresser, mieux vaut savoir où en sont les compteurs : « La BD numérique n'a pas attendu le format EPUB pour innover » commence Samuel Petit, cofondateur de la société Actialuna avec Denis Lefebvre. « Turbo media, usage du scroll, animations dans l'entrepage... » Les expérimentations se sont multipliées depuis 1990, faisant émerger une nouvelle génération d'auteurs.

 

Les auteurs se sont emparés du support Internet pour développer plusieurs techniques propres à celui-ci : le plus connu reste probablement le turbo media, avec la contribution de Balak et de Professeur Cyclope, revue numérique qui l'a remis à jour. Le scroll, bande dessinée verticale, fait toujours son petit effet, lui aussi (Samuel Petit conseille Le Long Voyage de Boulet). La page de bande dessinée papier éclate complètement sur le web, avec la possibilité, par exemple, de définir un point de départ de lecture dans un récit graphique, à la manière de Prise de tête.

 

Si ces nouveaux modes d'expression graphique se sont rapidement multipliés sur le Web, difficile d'en vivre. En avril dernier, la revue Mauvais Esprit s'arrêtait après deux ans d'existence et 75 bons numéros, même si, dans le même temps, Boulet et Zach Weiner récoltent 200.000 $, bientôt plus, pour un projet de financement participatif sur Kickstarter. Oui, mais c'est Boulet. 

 

Qualité et diversité, un standard pour l'industrie

 

Pour les autres auteurs, le coup de main d'un éditeur et d'une plateforme de vente ne serait pas de refus, mais vendre la bande dessinée nécessite un fichier unique que les lecteurs ebook pourront afficher. Il en existe une variété (PDF, AVE, format d'Amazon...), mais l'idéal serait de disposer d'un standard largement utilisé, afin de garantir la lecture possible de la bande dessinée à travers les années. 

 

C'est clairement le rôle de l'EPUB, un format open source créé par l'International Digital Publishing Forum, organisation à but non lucratif de sociétés des industries de l'édition et du numérique. « Disposer d'un standard open source n'est pas fréquent : les JPEG, MPEG, MP3 que nous utilisons contiennent tous des licences. Pour le livre, le format numérique peut être comme un codex : on n'a pas jamais eu besoin de brevet pour relier un livre », explique Samuel Petit.

 

Les formats propriétaires d'Amazon ou de Ave!Comics jouent la concurrence avec l'EPUB, sans évoquer l'application de ComiXology, solution de lecture récemment rachetée par... Amazon. La crainte d'une bataille industrielle, avec les auteurs au milieu, incite quelques acteurs de l'industrie à développer et rechercher les améliorations du format EPUB nécessaires aux auteurs de bande dessinée numérique pour s'exprimer.

 

 

Digital Comics Formal Taxonomy par Sequencity et ActiaLuna

Taxonomie évolutive des modes de narration graphiques, par Actialuna

(ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

 

Le rachat de ComiXology évoqué plus haut a produit sa petite onde de choc dans le monde du comics : les éditeurs américains, Marvel en tête, s'étaient entichés de la fonction « Guided View » du lecteur au point de négliger la recherche dans ce domaine. Quand Amazon a racheté la grosse start up, il a verrouillé les canaux de distribution des autres revendeurs pour concentrer le seul bénéfice sur son enseigne. À présent, les cerveaux tournent à plein régime, aux quartiers généraux des super-héros...

 

« L'objectif serait que la discussion devienne internationale », explique Denis Lefebvre, cofondateur d'Actialuna, « avec la présence des éditeurs américains de comics, ou de Japonais pour le manga... » Le processus d'intégration de nouvelles fonctionnalités dure en moyenne deux ans, mais chacun est bénéficiaire de la progression technologique de l'EPUB : « Un format open source est moins cher à développer, et les éditeurs pourront s'en emparer pour proposer de véritables nouveautés, pas de simples BD numérisées », termine-t-il.

 

La fameuse lecture guidée sera bientôt intégrée au standard EPUB, avec la spécification AHL, assure le cofondateur d'Actialuna, membre et contributeur de l'IDPF. Et puisque que la recherche progresse un peu plus rapidement, workshop et autres hackathons s'enchaînent, dont les résultats sont transmis à l'IDPF. Celui qui attend les participants durera deux jours, au terme desquels les créations viendront enrichir la réflexion technique.