Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Shonen Jump en numérique aux Etats-Unis oui, au Japon non !

Clément Solym - 28.10.2011

Manga/BD/comics - Univers Manga - shonen jump alpha - numérique - magazine


L'annonce de Viz Media US d'arrêter son magazine imprimé Shonen Jump pour le remplacer par un magazine numérique, Shonen Jump Alpha, n'aura pas laissé indifférent. A plusieurs titres d'ailleurs, d'abord parce que la mise en place d'un magazine de prépublication numérique en quasi simultané avec le Japon était très attendu par les fans, et d'autre part parce qu'il est étonnant de voir un éditeur arrêter la publication d'un best-seller.

En effet, le Shonen Jump US était tiré tous les mois à 125 000 exemplaires. Dans une interview accordée à ICv2, Alvin Lu, le senior vice-président et général manager de Viz Media US et Hisashi Sasaki de Shueisha ont expliqué, entre autres, les raisons de cette décision. Selon Alvin Lu, la forme native des manga c'est la prépublication c'est pourquoi il  a voulu lancer le Shonen Jump Alpha. Avec ce nouveau magazine, le Shonen Jump US imprimé aurait été « non obsolète, mais avec un contenu pas assez frais ».

 


Alvin Lu a expliqué qu'il était sûr qu'une partie de leur lectorat regrettera le Shonen Jump US et que certains ne voudront peut-être pas passer au numérique seulement il estime que le Shonen Jump Alpha apportera plus. Il pense aussi que cette offre permettra de réduire le piratage de par son prix, 99 cents pour un numéro et de par la praticité de la plateforme développée.

Les stratégies pour le numérique et pour l'imprimé sont complémentaires selon Alvin Lu. Il espère que le magazine numérique permettra de toucher et de fidéliser plus de lecteurs qui pourront par la suite acheter les versions imprimées des manga prépubliés. Si Viz Media US propose déjà des extraits gratuits de manga sur ses différentes plateformes, il n'envisage pas de le faire pour le Shonen Jump Alpha : « Nous pensons que le prix de 99 cent [...] c'est assez proche d'un extrait gratuit ». Cela dit, plus tard, des contenus en rapport avec le Shonen Jump Alpha devraient être proposés gratuitement.

Interrogé sur la possibilité d'un Shonen Jump numérique au Japon, Hisashi Sasaki a expliqué qu'une telle offre n'était pas nécessaire. Selon lui, les lecteurs japonais sont attachés au rituel de l'achat hebdomadaire du Shonen Jump imprimé chez leur détaillant le plus proche.

Et quand on évoque la taille du marché de manga numériques au Japon plus de 420 millions d'euros selon ICv2 (508 millions d'euros en 2010 selon l'institut de recherche Yano), il balaye l'argument de la main. Ce chiffre correspond, selon lui, uniquement à la vente de manga en volume et pas aux ventes de magazines. Et d'insister : « Nous ne voyons pas la nécessité d'introduire des magazines numériques au Japon ». Plutôt étrange comme attitude, les éditeurs japonais n'hésitent habituellement pas à multiplier les canaux de diffusion. Doit-on y voir une peur d'une cannibalisation des ventes du papier ? Ou peut-être d'un piratage plus massif ?