Siné remporte son procès contre Charlie Hebdo

Clément Solym - 10.12.2010

Manga/BD/comics - Univers BD - siné - antisémitisme - procès


Pas touche à mon Siné : les éditions Rotatives ont été condamnées par le tribunal de grande instance à verser 40.000 euros de dommages-intérêts, ainsi qu’à la publication de la condamnation dans Charlie Hebdo. C’est pas de pot...

L’affaire remonte au 2 juillet et à la publication d’un dessin satirique de Maurice Sinet, dit Siné, qui avait croqué le fils du président de la République, à l’occasion de son mariage avec la fille Darty. Près de deux semaines plus tard, le dessinateur était renvoyé avec pertes, fracas et désordre, conformément à la volonté de Philippe Val.

Selon celui-ci, que l’on sait rempli de bonnes intentions à l’égard du président, et par conséquent de sa progéniture, le dessin de Siné posait problème. Et un gros. Insinuer que la conversion au judaïsme du fils Sarkozy pour son mariage, avait quelque chose à voir avec la réussite sociale, c’était se méprendre. Et surtout, tenir des propos qui « pouvaient être interprétés comme faisant le lien entre la conversion au judaïsme et la réussite sociale et ce n'était ni acceptable ni défendable devant un tribunal ».

Or, ce cher Siné ne faisait que mettre en exergue la démonstration ultime d’une France qui se lève tôt, tant elle aime arriver à l’heure. Et pour le jour de son mariage pas moins que les autres. Une démarche d'intégration, en somme ! Parce qu'après tout, quand y'a un Siné, ça va, c'est quand y'en a plusieurs que ça va plus... Mais de l’antisémitisme, enfin, M. Val, était-ce bien sérieux ? Surtout que maintenant, le public sait quels sont les liens qui vous unissent au pouvoir...

Bref, dans un premier temps, le TGI avait de toute manière donné raison à Siné, qui réclamait 148.000 euros de dommages-intérêts. Selon le verdict, « il ne peut être prétendu que les termes de la chronique de Maurice Sinet sont antisémites, ni que celui-ci a commis une faute en les écrivant ». C’était le 30 novembre dernier contre la LICRA qui avait porté plainte, et s’était gentiment fait renvoyer dans les cordes. Et la chronique, la voici :
Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le parquet (encore lui ! ) a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n'est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d'épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit !
Pas d’antisémitisme, et moins encore lorsque le directeur de la publication, ledit Val, avait eu connaissance de ladite chronique. Impossible donc de casser le contrat de Siné avec Charlie Hebdo, et surtout pas, sans un réavis préalable. Et le TGI a enfoncé le clou, considérant que « la médiatisation de la rupture et le caractère humiliant de son annonce apprise en même temps que les lecteurs par la publication du numéro du 16 juillet 2008, ont causé à Siné un préjudice moral qu'il convient d'indemniser en lui allouant la somme de 20.000 euros ».

Il reste un mois entier, fêtes de Noël comprises, pour que les accusés fassent appel...