medias

Sombre affaire de recel de planches originales de Blake et Mortimer

Florent D. - 11.10.2018

Manga/BD/comics - Univers BD - Edgar Jacobs planches - Blake Mortimer albums - planches disparition enquête


On apprend dans la presse belge que des perquisitions ont été réalisées la semaine passée chez des galeristes parisiens. Découlant d’une enquête ouverte l’an passé en Belgique, les saisies ont conduit à l’inculpation de l’ancien président et liquidateur de la Fondation Jacobs.

 

BLAKE ET MORTIMER
patrick janicek, CC BY 2.0

 

Les galeristes Daniel Maghen et Éric Leroy ont reçu la visite de la police belge et française. Au terme des recherches, les autorités ont découvert des documents comptables ainsi qu’une vingtaine de planches originales d’Edgar P. Jacobs, à qui l’on doit les aventures de Blake et Mortimer. Estimées entre 200 et 300.000 €...

 

Tout commence par des soupçons d’abus de confiance et de blanchiment : l’ancien président de la Fondation Edgar P. Jacobs, Philippe Biermé, aurait en effet subtilisé des planches pour les réinjecter sur le marché de l’enchère, par l’intermédiaire de galeries parisiennes.


Selon les éléments avancés par L’Écho, plus d’une centaine de planches auraient déjà été écoulées, avant que les autorités ne soient saisies du dossier. Il faudra encore, à l’avenir, définir si ces achats peuvent être récupérés – hypothèse balayée par nos confrères.
 

En revanche, l’enquête qui cible les galeristes risque de prendre une ampleur inattendue : en effet, parmi les documents saisis, des factures que les deux juges en charge voient d’un œil dubitatif : possiblement des faux. 

 

Philippe Biermé a été inculpé par la justice belge, tandis que le juge français s’intéresse aux galeristes. Si l’ancien président a été arrêté ce lundi, sa libération est survenue dans la foulée, sous conditions strictes. 

 

Une Fondation pour conserver l'oeuvre de Jacobs...
 

C’est en septembre dernier que l’affaire a fini par éclater au grand jour : il s’agissait de retrouver ces quelque 200 planches disparues, d’un coffre-fort qui en contenait 700. L’ancien président avait bien reconnu que l’œuvre de Jacobs avait été pillée, méthodiquement, mais principalement dans les années 80. Et depuis, il n’était au courant de rien. 
 

Les dessins animés Blake & Mortimer,
d'après Edgar P. Jacobs, en streaming

 

Pourtant, l’attitude adoptée avait laissé planer des doutes. Ancien éditeur de l’auteur, il avait noué des relations fortes avec Jacobs, alors que ce dernier était déjà âgé. 

 

La Fondation avait alors été mise en place le 30 mai 1984, à l’initiative de Jacobs lui-même, pour préserver son œuvre à travers une structure pérenne, indique le site internet. Décédé en 1987, son projet fut poursuivi jusqu’en 2015, date à laquelle fut votée une dissolution, actée le 13 janvier 2016. 

 

Choix contesté au cours de l’été de l’année suivante, par deux anciens administrateurs, qui manifestèrent alors de vives inquiétudes quant à la gestion des archives. 




Commentaires

Article courageux

En effet Maghen est allé Avec bierme dévaliser les coffres forts de la banque loues par la fondation jacobs

Les paiements ont eu lieu en espèces

Et bierme n a jamais produit' de factures tant à Maghen Que leroy puisque les ventes étaient pas déclarées puisqu illégales i



i

Les factures sont bidons pour tromper la justice

Maghen ce serial voleur finira en prison pour. Avoir dépouillé l héritage jacobs Avec son complice bierme



Maghen attendait bierme devant sa Porte pour lui proposer des sommes en liquides bierme a longtemps refusé en disant ne pas avoir les planches jusqu àu jour ou les sommes proposées lui ont fait perdre la raison

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.