Take Two Interactive, éditeur de Grand Theft Auto, abandonne les comics

Elodie Pinguet - 04.11.2016

Manga/BD/comics - Comics - Double Take Comics - Take two interactive comics - Z-Men comics


La maison de comics Double Take, filiale de Take Two Interactive, devrait cesser son activité à la fin du mois de novembre. Une fermeture soudaine qui survient peu après l’annonce du lancement de quatre nouveaux livres.

 

 

 

C’est la filiale d'un groupe que l'on attendait pas dans l'édition qui devrait bientôt fermer ses portes. Fin 2014, Double Take Comics est lancée par Bill Jemas, ancien vice-président chez Marvel. Elle intègre les rangs de Take Two Interactive, société à l’origine de grandes franchises de jeux vidéo comme Bioshock ou Grand Theft Auto. Cette filiale sera donc spécialisée dans l’édition de comics.

 

La maison d’édition a sorti des comics situés dans l’univers du film culte La Nuit des Morts-vivants, datant de 1970 et entré aujourd'hui dans le domaine public. À ce jour, une dizaine de titres ont été développés autour du monde des zombies et connectés entre eux. On retiendra par exemple Z-Men, qui devrait être adapté en film par Lionsgate.

 

Double Take est également à l’origine des « Super Packs », à savoir la vente groupée de dix numéros d’un de leur titre de comics pour 19,99 $. Ils ont proposé des numéros seuls à seulement 2,50 $. Sur leur site internet, il est possible de lire gratuitement en ligne quelques numéros.

 

Cette annonce de fermeture prématurée intervient une semaine après que la société ait annoncé quatre nouveaux titres pour le mois de décembre. Plus tôt en octobre, une rumeur annonçait que Bill Jemas voulait trouver un acheteur à 1,2 million $ pour Double Take. Histoire que le principal intéressé avait niée. Il n'y a pour le moment aucune annonce officielle sur cette fermeture, mais selon une source de Bleeding Cool, « Le plan original était de faire des livres basés sur les jeux » ajoutant ensuite que « Double Take n’a pas été l’énorme succès que Bill avait espéré ».

 

La maison d'édition de comics permettait aussi à l'éditeur de jeux d'envisager une diversification de ses activités : les revenus de l'éditeur, en 2013, atteignaient les 1,2 milliard $, mais les pertes se chiffraient, la même année, à 29 millions $.