The Walking Dead : des planches originelles dignes “d’un film d’horreur boiteux“

Nicolas Gary - 21.11.2020

Manga/BD/comics - Comics - Robert Kirkman zombies - Walking Dead Kirkman - zombies morts vivants


En 2019, Robert Kirkman mettait un terme à la série The Walking Dead, après seize années de loyaux services. Honoré durant le Festival de la BD d’Angoulême par un Fauve d’or, avec une rétrospective passionnante, il n’en aurait pas tout à fait, tout à fait fini avec les morts vivants cependant. En tout cas, pas sans une note de nostalgie.


 

En 2003, Image Comics publiait donc le premier volume des zombies de Kirkman, sans imaginer le quart du centième de ce succès par la suite rencontré. Une adaptation en série, doublée par des explorations parallèles dérivées du monde apocalyptique originel, et une production audiovisuelle qui durera jusqu’en 2022… Longue vie au mort-vivant !

Pourtant, avant qu’ils n’envahissent les pages, les écrans et les jeux vidéo, les zombies de Kirkman furent dessinés par Tony Moore. Et pour l’occasion, comme ça, hop, au débotté, voici une réédition qui s’en vient des premières planches présentées à la maison d’édition.

On trouve Rick Grimes, policier d’une petite ville de Pennsylvanie, assez peu occupé dans son boulot, installé dans son canapé avec son épouse, Carol. Leur fils Carl dort à l’étage, et au journal télé, on parle de gens qui mangent des gens… « La fin du monde tel que nous le connaissons, assure le présentateur. » 

Pour The Walking Dead, raconte Comic Book, Nick déménagea dans le Kentucky, sa femme s’appela Lori et Carol fut conservée mais n’apparut que pour incarner un autre personnage dans le troisième tome de la série débutante. Mais ce qui a certainement le plus changé entre 2003 et aujourd’hui, c’est l’avis qu’émit alors Eric Stephenson, directeur marketing de Image Comics pour qui ce pitch de cinq pages ressemblait « au commencement d’un film d’horreur boiteux ». Un monsieur avec un certain flair, donc, et d’autant plus amusant qu’il est désormais éditeur… puisque les changements qu’il induisit firent recette.

Et même, en pleine pandémie, devinrent un soutien précieux pour les librairies malmenées et empêtrées dans un confinement dont seul Amazon semblait parvenir à sortir grandi.

« Je l’admets, c’était terriblement cliché maintenant que j’y reviens », assure Kirkman, manifestement peu rancunier. « Après les commentaires d’Eric, j’ai eu l’idée de faire se réveiller Rick d’un coma, et ramener le livre autour de cela. »

Cette fois, il propose cette version originale, de 22 pages, « comme les meilleurs films d’horreur », souligne l’auteur avec certainement un clin d’œil intérieur. Et d’indiquer que même la couverture est en noir et blanc pour limiter les coûts d’impression déjà minimes. Sauf que non, rassurons-nous, les couvertures seront bien en couleur… En voici donc les premières pages : 





Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.