medias

Tintin au Congo : dialogue de sourds entre Casterman et le Cran

Clément Solym - 29.02.2012

Manga/BD/comics - Univers BD - Tintin - Cran - Casterman


Suite au procès opposant Bienvenu Mbutu Mondondo à Casterman au sujet de Tintin au Congo, le Cran avait intégré la partie (voir notre actualitté). Hier se déroulait une rencontre entre les deux organisations.

 

Dans le but de trouver un terrain d'entente, Louis-Georges Tin, président du Cran, a rencontré hier Louis Delas, président de Casterman. Verdict ? « Mitigé », répond-il, et même « décevant ». « Je l'ai trouvé un peu mou dans ses convictions.  Il a dans son catalogue de nombreux ouvrages parlant d'égalité, de liberté... Tintin au Congo fait un peu tache ».

 

 

Cette rencontre devait permettre aux interlocuteurs de débattre de la possibilité d'insertion d'une préface à valeur explicative : le lecteur doit pouvoir comprendre le contexte de création de cette bande dessinée. « Lui-même est favorable à l'insertion de cette préface, mais il estime qu'il n'a aucun moyen de pression juridique sur Moulinsart », explique M.Tin.

 

Ce dernier estime que c'est à Casterman d'insister et faire valoir sa décision auprès d'eux. La procédure est donc suspendue à cette discussion de mauvaise grâce entre Casterman et Moulinsart.

 

« Il semble que M.Delas ne comprenne pas ce qui choque dans cette bande dessinée », estime M.Tin. Les réactions ne seraient que pur battage médiatique. « Pourquoi ce livre et pas un autre ? Je lui ai demandé s'il connaissait un ouvrage autant diffusé, aussi longtemps, à un public d'enfants si jeunes, qui véhicule autant de clichés. Il a fait semblant de ne pas comprendre ».

 

Casterman se serait alors défendu d'être une « maison d'extrême droite ».

 

Le président du Cran confirme donc la procédure d'appel engagée auprès du tribunal de Belgique. Le second jugement devrait être rendu dans les mois suivants.