Tintin, nouveau cas de racisme : des Indiens "sauvages" en Amérique

Nicolas Gary - 17.03.2015

Manga/BD/comics - Univers BD - Tintin Amérique racisme - Canada Premières nations


Au Canada, on les appelle les Premières nations, ces peuples américains d'origine indienne. Aujourd'hui, les Amérindiens vivent avec un statut social spécifique : ils seraient près de 640.000, divisés en 50 nations et/ou groupes linguistiques, et vivent en milieu urbain et en réserves. Mais aujourd'hui, les Premières nations déterrent la hache de guerre.

 

 

Réellement besoin d'explications ?

 

 

Tintin en Amérique, c'est l'histoire du jeune reporter qui traverse l'Atlantique, et se retrouve à lutter contre Al Capone, tout en parcourant le territoire... Il se retrouve alors face à des Indiens, dans une réserve. En 1932, personne ne se doutait qu'un beau jour, ce qui devait être une dénonciation de l'attitude dominatrice des Blancs sur les Peaux-Rouges, se retrouve accusé de racisme. 

 

Les habitants de Winnipeg se sont mobilisés pour demander le retrait du livre, vendu dans une librairie Chapter's. Le territoire, situé à la frontière du Dakota du Nord et du Minnesota, est historiquement connu pour avoir vu débarquer Pierre Gaultier, seigneur de Varennes, qui fit construire le Fort rouge – à l'endroit où se trouve la ville de Winnipeg, en 1740. Autrement, dit, le passif est tout de même lointain. 

 

 

 

 

La librairie incriminée avait, dans un premier temps, retiré la BD de ses tables, avant de finalement la replacer : selon sa politique commerciale, seuls les ouvrages incitant à la violence sont retirés. Ou s'ils contiennent des éléments pédophiles ou des instructions pour fabriquer des armes. « Je crois que ça alimente les stéréotypes. Les Indiens sont présentés comme des êtres sauvages et dangereux, des êtres que l'on doit craindre », assure une avocate des droits amérindiens, Leslie Spillet.  

 

Selon elle, cette BD encourage et alimente les stéréotypes autour des Premières nations : « Les Indiens sont présentés comme des êtres sauvages et dangereux, des êtres que l'on doit craindre », insiste-t-elle. Face à eux, Tintin est sans défense, comme un écho au racisme que les gens vivent. (via Radio Canada)

 

Ce qui est évident, c'est que l'on parvient à relire étrangement Hergé avec le temps. Ainsi, les aventures du reporter au Congo sont devenues un symbole du colonialisme belge, et se sont retrouvées également accusées de racisme. 

 

 En 2007, les librairies Borders, au Royaume-Uni, avaient opté pour un reclassement de l'album dans la rubrique des BD pour adultes. La Commission pour l'Égalité Raciale avait par ailleurs dénoncé à l'époque « de hideux préjugés raciaux ».

 

Depuis, la polémique autour de Tintin au Congo a enflé : certaines bibliothèques de Suède ont décidé de retirer la bande dessinée de leurs étals. Le prêt de l'album serait désormais limité d'une manière ou d'une autre dans un dixième des bibliothèques du territoire. En France, en décembre dernier, une nouvelle opération de dénonciation avait été lancée dans un établissement Fnac« Depuis de nombreuses années, maintes associations ont demandé que soit apposé un bandeau d'avertissement, comme en Grande-Bretagne, pour alerter le lecteur, souvent un jeune lecteur, que Tintin au Congo fut créé dans un contexte raciste qu'Hergé lui-même a reconnu », expliquait ainsi le CRAN, à l'origine de l'opération Tintin toxique, fin 2014. 




Commentaires
Cet article de M. Gary rend compte de protestations et de démarches de certains Amérindiens visant « Tintin en Amérique ». Soucieux de verser son quota de moraline au débat, ce qui est moins fatigant que de tenter une réflexion historique passant par une mise en contexte, M. Gary choisit un titre accusatoire (« Tintin, nouveau cas de racisme… ») et imbécile, comme je vais le montrer ; puis il assaisonne son compte-rendu de considérations morales, comme la « petite phrase » péremptoire « Réellement besoin d’explications ? » digne d’un procureur plutôt que d’un journaliste, et d’une citation « indispensable » de propos du CRAN (« Conseil représentatif des associations noires de France »), groupuscule indigéniste dont la représentativité est inversement proportionnelle à sa capacité de happer les subventions publiques et d’attirer les micros des médias diffuseurs conformistes de la bien-pensance conformiste du jour. Bref, quand on lit cet article, on a le sentiment qu’Hergé est un représentant d’un courant de pensée « colonialo-raciste ».



En réalité, M. Gary fait une lecture et une présentation à charge et intellectuellement malhonnête de « Tintin en Amérique ».



En effet, cet album est une œuvre de jeunesse (1931-32 : Hergé avait 24-25 ans), plus précisément la 3ème « aventure » de Tintin en 3 ans. Deux ou trois ans plus tard, notamment conseillé et orienté par des ecclésiastiques intelligents, Hergé rencontre des Chinois, notamment le « mythique » Tchang Tchong Jen et fait un considérable effort pour se documenter, s’instruire et tenter de comprendre une civilisation complexe si différente de la sienne : « Le Lotus Bleu » en résulta, album très en avance sur son époque, d’autant plus qu’il est d’abord destiné aux enfants et aux adolescents, allant jusqu’à y dénoncer ouvertement les crimes contemporains du Japon en Chine, lesquels ne choquaient guère de monde en Europe ! Parmi les BD destinées « à la jeunesse » qui furent publiées en France ou en Belgique avant 1960, je défie quiconque d’en trouver plus de 3 ou 4 qui soient aussi courageuses et anticonformistes !



« Tintin, qui jusque-là se nourrissait allègrement de mythes et de poncifs, entreprend désormais de les combattre ; il sera celui qui démonte les apparences et non plus celui qui s'en satisfait. [...] Il prenait conscience de sa propre responsabilité de conteur. Désormais, il s'agira pour lui de présenter au lecteur une image aussi fidèle que possible des pays dans lesquels il envoie Tintin, et donc de se documenter de façon aussi précise que possible. » (Benoît Peeters, L'Œuvre Intégrale d'Hergé, volume 3)



Contrairement à la plupart des antiracistes obsédés par leur « noble cause » qui justifie toutes les approximations et les inepties, Peeters est un homme vraiment cultivé (hypokhâgne et une khâgne au lycée Louis-le-Grand, une licence de philosophie à la Sorbonne (Université Paris I), il prépara le diplôme de l’École pratique des hautes études sous la direction de Roland Barthes). Issu de sa thèse de sémiologie, son ouvrage, « Les bijoux ravis » qui analyse « Les Bijoux de la Castafiore » est à la fois très « savant », fin et … lisible, ce qui n’est pas fréquent dans la « galaxie sociologico-philosophique » qui produit tant d’ouvrages verbeux, mal écrits et incompréhensibles. Là, on a une référence et il serait insultant de comparer ce grand intellectuel avec les militants ignares croaillant leurs inepties ad nauseam.



Revenons à « Tintin en Amérique » : sur le fond, comme « Tintin au Congo », il présente les États-Unis de manière conformiste et souvent enfantine, voire caricaturale, ce que l’on retrouve fréquemment dans la littérature pour la jeunesse – et parfois pour adultes – de cette époque, en particulier celle qui évoque le « Far-West ». Il n’y vraiment pas de quoi fouetter un chat.



Mais – et c’est pour cela que je parle de malhonnêteté intellectuelle – il y a dans « Tintin en Amérique » un bref épisode (1 page composée de 11 cases) qui m’avait déjà frappé lorsque je lus pour la première fois cet album, à l’âge du huit ou neuf ans. J’ai sous les yeux une reproduction de la page en question (malheureusement sans son numéro et je n’ai pas l’album sous la main) dont le contexte est le suivant : en faisant exploser un rocher, Tintin déclenche un « mini-séisme » et du pétrole jaillit du sol. Ci-après, je reproduis intégralement les dialogues et cartons des 8 premières cases :



Case 1 :

- Tintin : « Çà, par exemple !... Du pétrole !... Et personne pour capter cette fortune liquide ! »

- Milou : « Et moi qui croyait que le pétrole, on trouvait ça dans des bidons… »



Case 2 :

(À l’arrière-plan, on voit plusieurs autos qui arrivent, convergeant vers Tintin)

- 1er homme d’affaires : « Hello, boy ! Voilà le contrat. Signez ! Je vous offre 5 000 dollars pour votre puits de pétrole ! ... »



Case 3 :

- Tintin : « Co… comment avez-vous su qu’il existe un puits de pétrole ici ? ... Il y a dix minutes à peine qu’il a jailli… »

- 1er homme d’affaires : « Le flair, old boy ! … Un businessman américain ne se trompe jamais ! »



Case 4 :

- 2ème homme d’affaires, bousculant le 1er : « N’écoutez pas ce vieil animal ! … Signez ici ! … 10 000 dollars pour ce puits de pétrole ! … »





Case 5 :

(6 hommes d’affaires entourent Tintin en se bousculant et le serrant de près)

- 3ème homme d’affaires : « Ne signez pas, old chap ! Je vous en offre 25 000, moi ! … »

- 4ème homme d’affaires : « 50.000 ! … »

- 5ème homme d’affaires : « 100.000 ! … »



Case 6 :

- Tintin : « Je regrette infiniment, Messieurs, mais ce puits de pétrole ne m’appartient pas. Il est la propriété des Indiens Pieds-Noirs qui occupent la région. »

- 2ème homme d’affaires, furieux, montrant les dents, tout comme le 1er, regardant Tintin d’un air mauvais : « Vous n’auriez pas pu le dire plus tôt ? … »



Case 7 :

- 1er homme d’affaires au chef indien en costume traditionnel avec parure de plumes sur la tête : « Voici vingt-cinq dollars, vieil hibou ! … Vous avez une demi-heure pour faire vos paquets et quitter le pays ! … »

- Le chef indien suffoqué : « Le Visage-Pâle est-il fou ? … »



Case 8 :

Bandeau : « Une heure après … »

On voit des soldats armés de fusils, baïonnette au canon, pointés à l’horizontale pousser les Indiens (une femme, larme à l’œil, portant un balluchon et tenant la main d’un petit garçon qui crie ou pleure) hors du pays, hors de la case, hors de l’album, bref, hors de l’histoire … et de l’Histoire.



Là, 3 ans avant « Le Lotus Bleu », on trouve une dénonciation féroce du vol des terres des Indiens et on pourrait parler d’une « allusion subliminale » au génocide subi par les Amérindiens. C’est à ce propos que l’on pourrait utiliser la « petite phrase » de M. Gary : « Réellement besoin d’explications ? » ! Là encore, combien d’ouvrages « pour la jeunesse », comme on disait à l’époque, abordaient aussi franchement ce terrible sujet ? D’ailleurs, ce passage fut « atténué » dans les éditions de l’album en anglais destinés à la vente aux États-Unis.



Bien sûr, pour les extrémistes donneurs de leçons qui sont souvent sujets à l’incontinence verbale, une caricature subtile ne vaut rien : il faut un texte pesant et barbant, hurlard et pleurard dans lequel on répète la même chose toute les dix lignes, aussi intéressant qu’un discours de feu Kim Il-Sung. Chacun ses goûts.



Grand spécialiste de Tintin, Benoît Peeters juge à bon droit que l'accusation est « grotesque » et fait « fi de toute recontextualisation historique ».



Fanatiques et incultes « antiracistes », aussi obsédés par les divisions de l’Humanité en « races » qu’un rédacteur des Lois de Nuremberg, copieurs serviles des modes étasuniennes les plus tordues, médias conformistes et superficiels, fichez la paix à Hergé une fois pour toutes ! Pour le reste, pénibles militants qui déshonorez les meilleures causes, apôtres de la flagellation pénitentielle (un peu pour vous, beaucoup pour tous ceux qui « pensent mal »), ces propos de Rabelais s’appliquent à vous :



« Ici n'entrez pas, hypocrites, bigots,

Vieux matagots, marmiteux, boursouflés,

Torcols, badauds, plus que n'étaient les Goths,

Ou les Ostrogoths, précurseurs des magots,

Porteurs de haires, cagots, cafards empantouflés.

Gueux emmitouflés, frappards écorniflés,

Bafoués, enflés, qui allumez les fureurs ;

Filez ailleurs vendre vos erreurs.



Ces erreurs de méchants

Empliraient mes champs

De méchanceté

Et par fausseté

Troubleraient mes chants,

Ces erreurs de méchants.



………………………. »
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.