Uchronies, New Harlem, Corbeyran et Tibery, Tome 1

Clément Solym - 13.04.2008

Manga/BD/comics - Univers BD - Uchronies - New - Harlem


Nous vous avions parlé de cette nouvelle série multiple où les univers devaient se croiser et s'entremêler : Uchronies, qui débutait avec New Byzance. Glénat a sorti la seconde partie avec New Harlem, qui va croiser l'univers précédent.

Zack, acheté à ses parents par M. Brown, puissant et riche industriel, alors qu'il n'avait que quelques années. Son talent est simple : il est prescient et lit l'avenir pour la société de Brown. Et sa prochaine vision concerne l'inauguration d'Utopia, la future résidence pour riches nantis. Mais quelque chose ne va pas. Du tout. Tout ce qu'il voit s'articule autour d'émeutes, de conflits sauvagement réprimés et de violence sans nom.

Inquiet, Zack passe sous silence ses angoisses. Dans un monde où tous les postes-clefs sont aux mains du Black Order, descendants directs des Black Panthers, un homme blanc doit redouter le pire. Pourtant, c'est la Fraternité Blanche, qui va organiser son enlèvement. Zack et ses visions sont bien plus inquiétants qu'ils n'y paraissent.

Encore une fois, le travail de Corbeyran sur le scénario est impeccable, et les premiers recoupements que l'on fait avec le tome 1 de New Byzance sont jouissifs pour ce qu'ils laissent envisager. En revanche, à mieux y regarder, on constate plusieurs pains dans le dessin de Tibéry, quelques visages mal fichus, des corps mal proportionnés, des mouvements pas vraiment bien retranscrits qui font froncer les sourcils. À leur corps défendant, on notera des découpages intéressants et efficaces, qui rattrapent un peu ces pains.


Bref, des travers qui paraissaient de façon moins flagrante dans New Byzance et qui ici, ben, alourdissent un peu l'ensemble. C'est moins agréable, moins fluide... Mais bon. La série nous a captivés, à la rédaction, et on fermera les yeux sur ces éléments, pour savourer pleinement le scénario qui vraiment donne envie d'en savoir encore plus. Pour relativiser cependant, on avouera que le retournement de situation de la fin sentait un peu le précuit.

On attend définitivement New York, le tome 1 du dernier univers parallèle, même si on peut se faire une idée assez précise de ce qu'il relatera. Un New Harlem pour lequel on sera moins enthousiastes cependant, mais qui vaut tout de même ses 12,50 €. Avec quelques réserves toutefois, mais bon...