Durant sa retraite, Miyazaki, mettait un projet secret au point pour le musée Ghibli

Clément Solym - 13.07.2015

Manga/BD/comics - Univers Manga - Studio Ghibli - Hayao Miyazaki - anime projet


On le croyait à la retraite, après qu’il a annoncé lui-même son retrait du studio Ghibli, mais Hayao Miyazaki a plus d’une corde à son arc. La légende de l’animation vient d’annoncer qu’il prendrait part à la direction d’un nouveau court-métrage. À l’âge de 74 ans, Miyazaki présente un projet resté très confidentiel.

 

Hayao Miyazaki talks about Studio Ghibli's Ponyo at the Walt Disney/Pixar Animation Studios Presentation at San Diego Comic-Con International

Loren Javier, CC BY ND 2.0

 

 

« Il s’ennuie, alors que son objectif est de poursuivre [le musée Ghibli], il a donc besoin de choses à bidouiller », explique Goro Miyazaki, le fils du réalisateur. Pourtant, il avait annoncé sa retraite en septembre 2013, assurant que ses jours dans le long-métrage étaient finis. « Je sais que je l’ai annoncé ma retraite à plusieurs reprises par le passé, aussi, je me doute que plusieurs d’entre vous pensent “Oh, encore ». Mais cette fois, c’est vrai. »

 

Sauf que l’on ne se refait pas : jusqu’à sa mort, Miyazaki avait assuré qu’il continuerait de faire de l’anime. Et cette déclaration intervenait près d’un an plus tard. Impossible de décrocher. « Hayao Miyazaki a durablement influencé l’animation, pour toujours, il a inspiré des générations entières d’artistes pour travailler sur notre médium et illuminer son potentiel illimité », affirmait alors John Lasseter, poids lourd de la création chez Pixar et Disney.

 

Cette fois, cependant, ce n’est donc pas un long, mais un court-métrage que Miyazaki a lancé, pour le compte du Studio Ghibli. Une dizaine de minutes, qui l’auront occupé durant trois ans, assure son fils, et ce, dans le plus grand secret. « Je pense que le talent décide de tout. Plus que la méthodologie, ce qui prime, c’est avoir le talent, et savoir l’utiliser. Il n’y a rien d’intrinsèquement mauvais ou de bon dans une méthode, que ce soit dans des dessins au crayon ou en 3D », assure de son côté Toshio Suzuki, cofondateur du Studio. 

 

Le court mettra en scène une chenille velue, et l’on ne sait pas s’il sera présenté en dehors du Musée.  (via ANN)

 

Dans le même temps, Miyazaki est intervenu au cours d’une conférence de presse, pour évoquer avec les journalistes, entre autres, le comportement du Premier ministre Abe, et les relations entre le Japon et la Chine. Avec la célébration cette année, du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, certains sujets restent très sensibles. « Le Premier ministre semble être disposé à se faire une place dans l’histoire, comme l’homme qui a révisé la Constitution, ce qui est une chose stupide », assenait Miyzakaki.

 

Entre la Chine et le Japon, cette période est devenue particulièrement douloureuse. « Je comprends qu’il y a beaucoup de gens qui souhaitent oublier ce qui est arrivé, mais nous devons cependant nous repentir encore que le Japon ait agi de manière insensée, en Chine, durant une longue période, à cette époque. »

 

C’est que, malgré sa retraite, Miyazaki continue de répondre sur des sujets politiques, et surtout, de travailler à de nouveaux animes. 


Pour approfondir

Editeur : Kana
Genre : mangas / manwha...
Total pages : 224
Traducteur :
ISBN : 9782505012511

Studio Ghibli, histoire d'animation

de Toshio Suzuki

Toshio Suzuki travaille depuis trente ans dans le domaine de l'animation japonaise.En travaillant pour les studios Ghibli il a fait la rencontre de Hayao Miyazaki que l'on connaît pour ses longs-métrages : Mon voisin Totoro, Ponyo sur la falaise, Nausicaä, Le voyage de Chihiro. et bien d'autres !Toshio Suzuki nous raconte à travers des souvenirs et des anecdotes, la création des films et la collaboration avec Hayao Miyazaki. Le studio Ghibli ouvre ses portes.

J'achète ce livre grand format à 12.70 €