Un Doodle consacré aux Shadoks, ces créatures absurdes qui philosophent

Joséphine Leroy - 29.04.2016

Manga/BD/comics - Univers BD - Les Shadoks série BD - Les Shadoks Google Doodle - Les Shadoks Circonflexe


Il y a 48 ans, la série Les Shadoks était diffusée pour la première fois. La série d’animation créée par Jacques Rouxel  avec la voix de Claude Piéplu avait fait beaucoup de bruit quand elle est sortie. Mort en 2004, son créateur serait étonné de voir que Google consacre son Doodle du jour à ses personnages loufoques.

 

 

Le premier épisode des Shadoks a été diffusé pour la première fois le 29 avril 1968. Dans la série, les Shadoks — personnages anthropomorphes — ont leur contraire, sous les traits des Gibis. Les Gibis, par pitié, aident les Shadoks. Grâce à leurs chapeaux melon, les Gibis communiquent et rient ensemble des inventions toujours plus farfelues des Shadoks. Jacques Rouxel, le créateur, s’était inspiré des comics strips américains. Un seul trait de dessin était nécessaire pour faire ces sortes d'oiseaux aux longues pattes ce que son auteur appellera plus tard les Shadoks. 

 

L’écho médiatique qu’ont rencontré les Shadoks en a fait une série d’animation culte, dans un contexte assez particulier puisque mai 1968 est vite arrivé, ce qui avait causé l’interruption de la diffusion des 52 premiers épisodes. Les téléspectateurs envoyaient des courriers par milliers. L’acteur Jean Yanne, surfant sur la vague, avait décidé d’en faire une émission : « Les Français écrivent aux Shadoks ». 

 

Ces dernières années, dès 2000, la série a été rediffusée sur Canal +. Les Shadoks ont bercé la jeunesse de beaucoup de téléspectateurs qui regrettent aujourd’hui ces personnages aux énoncés absurdes. On se souvient de leur langage limité, « Ga, Bu, Zo, Meu », mais aussi de leurs questionnements sans fin. 

 

Dès 1994, Jacques Rouxel publie des livres illustrés aux éditions Circonflexe : GA BU ZO MEU en 1994 et Les Shadoks en grande pompe : textes choisis en 2008, qui sera publié à titre posthume. S'il a été fidèle aux éditions Circonflexe les dernières années de sa vie, Jacques Rouxel avait commencé à publier d’autres livres illustrés des Shadoks dès 1975 avec Les Shadoks ; pompe à rebours, aux éditions Grasset par exemple. 

 

Ci-dessous, la crise expliquée par les Shadoks :