Un magazine retarde sa parution pour éviter la pédopornographie

Nicolas Gary - 14.01.2013

Manga/BD/comics - Univers Manga - Kodansha - censure - Young Magazine


Question : qu'est-ce qui pourrait causer un préjudice financier de 3 milliards de yens à l'éditeur japonais Kodansha ? Réponse : la publication d'un magazine contenant des photos inappropriées d'une star locale, entraînant le retard de sa diffusion, et quelques petits soucis de révision globale dudit magazine...

 

 

 

 

 

Young Magazine est une parution de l'énorme écurie qu'est la Kodansha. Or, le dernier numéro en date, qui avait déjà été repoussé au 12 janvier, a connu une profonde révision de certains articles. Selon les rédacteurs en chef de la publication, les travaux sérialisés allaient plutôt sortir dans le numéro 8, ce 21 janvier. Et pour cause : des photos de la star Tomomi Kasai ont posé de sérieux problèmes à l'équipe éditoriale...

 

C'est un ouvrage de photos qui devait manifestement être prépublié dans le magazine, alors que le livre lui-même doit sortir dans les librairies le 4 février prochain. Dans un second exercice de communication, les mêmes responsables de la publication sont intervenus auprès du public pour donner de plus amples détails. Car le magazine est reporté, cette fois sine die.

 

Pour les lecteurs qui attendaient les clichés de Tomomi Kasai, c'est une cruelle déception. Mais pour l'éditeur, c'est un écueil financier lourd, puisque 650.000 exemplaires étaient susceptibles de sortir, et qu'à raison de quelques yens, par-ci, par-là, le montant du préjudice avoisinerait les 3 milliards de yens. 650.000 exemplaires représentant le nombre officiel de la diffusion de Young Magazine... Alors dans le cas d'un numéro spécial consacré à la chanteuse, on pourrait s'attendre même à bien plus. 

 

Non seulement les précédentes versions du magazine sont impossibles à commercialiser, mais surtout, le nouveau retard va impacter plus gravement encore la publication. 

 

En cause, dans cette histoire, une photo où les seins de la star sont cachés par les petites mains d'un enfant, dissimulé derrière elle. Un type de cliché très Janet Jackson, mais qui, utilisant un enfant, poserait des problèmes de pédopornographie, dans ce que son acception légale stricte implique au Japon. 

 

De fait, la loi nippone aurait probablement permis un cliché de ce style, à condition que l'enfant, un jeune garçon mineur, ne touche pas les mamelons de la star japonaise. La photo aurait alors été safe, même si ses mimines étaient entrées en contact avec les seins de Tomomi, rapporte ANN.

 

Un professeur de droit pénal assure toutefois que la photo ne serait, à proprement parler pas une infraction à la législation contre la pédopornographie, et que la décision relèverait plutôt d'une auto-censure de l'éditeur. Un excès de prudence à 3 milliards de yens, voilà qui serait rare... et "sein" ?