Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Un nouvel album pour les 50 ans de Corto Maltese

Bouder Robin - 17.07.2017

Manga/BD/comics - Univers BD - corto maltese tome 14 - corto maltese equatoria - corto maltese hugo pratt


Certains héros ne meurent jamais. Corto Maltese, pourtant, avait presque disparu de la circulation après la mort de son créateur, Hugo Pratt, en 1995. Presque, mais voilà que 20 ans plus tard paraissait un nouvel album de ses aventures, Sous le soleil de minuit. L'héritage a été repris par le scénariste Juan Díaz Canales et le dessinateur Ruben Pellejero, qui récidivent cette année encore avec Equatoria, pour les 50 ans du personnage.

 


Corto Maltese - Equatoria, Juan Díaz Canales (scénario) et Ruben Pellejero (dessins)

 

Après un voyage dans le grand froid, les auteurs espagnols emmènent cette fois-ci l'aventurier en Afrique centrale, en 1911, avec des escales à Venise, Alexandrie ou encore Zanzibar. Et ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin : d'autres albums sont d'ores et déjà prévus par les éditeurs. Et on les comprend, après le succès du précédent, qui marquait le retour du célèbre globe-trotter.

 

Né en 1967, c'est d'abord en France que Corto Maltese a percé, grâce à la revue Pif Gadget. Mais depuis le dernier album réalisé par Pratt en 1992, les ventes se sont amenuisées, jusqu'à tourner autour de 100 000 exemplaires par an... jusqu'à 2015, année de la « résurrection » de la série, qui a vu les ventes tripler. « Sous le soleil de minuit a beaucoup plu aux fans de toujours de Corto Maltese et nous a aussi permis de gagner de nouveaux lecteurs », selon Luis Martinez, éditeur espagnol de la série.

 

Un regard inédit sur la vie d'Hugo Pratt : le dessinateur, trait pour trait


Les deux auteurs ont tenu à préserver l'esprit de la série tout en y apportant du neuf, et la recette fonctionne : si le personnage, ses mimiques et son allure restent les mêmes, on reconnaît bien le sens du dialogue propre à Juan Díaz Canales, que l'on peut retrouver dans son Blacksad ; par ailleurs, « le traitement graphique des femmes, nombreuses dans Equatoria, est vraiment propre à Ruben Pellejero », comme l'explique le scénariste à l'AFP. Entre autres nouveautés.

 

« Nous avons voulu allier la fidélité à une certaine esthétique et à notre propre évolution », déclare l'illustrateur. « Le visage et l'attitude [du personnage] sont très compliqués à dessiner. Et si tu t'en éloignes trop, il te reste un monsieur avec une casquette et des favoris mais qui n'est pas Corto Maltese. »

 

Et qui dit nouveau souffle dit nouvelle époque : ces nouvelles aventures prennent place à un moment de la vie de Maltese qui n'avait été qu'effleuré par Pratt en son temps ; 2 ans avant le début du tout premier album, quelle histoire pour ce mystérieux baroudeur sans attaches ? se sont demandé les deux auteurs. Après tout, le personnage « peut être transposé à n'importe quelle époque », s'amuse Juan Díaz Canales. Conserver la qualité des anciens opus en renouvelant le cadre de la série, voilà un défi de taille.
 

9 choses à redécouvrir sur Hugo Pratt et Corto Maltese


La Ballade de la mer salée, première aventure du héros dans laquelle il apparaissait d'ailleurs comme un personnage secondaire, vient également d'être rééditée pour ses 50 ans dans une version noir et blanc. L'occasion de (re)découvrir les débuts du séducteur aux rouflaquettes avant la sortie le 27 septembre de sa nouvelle escapade chez Casterman.

Juan Díaz Canales, Ruben Pellejero - Corto Maltese : Equatoria - Casterman - 9782203122086