Kwezi, le super-héros sud-africain qui galvanise les foules

Antoine Oury - 14.08.2015

Manga/BD/comics - Comics - Kwezi - super-héros - Afrique du Sud


Stan Lee et Jack Kirby se sont tournés vers le continent africain dès 1966, avec Black Panther, en provenance d'un pays fictif, le Wakanda. Mais les super-héros issus de l'imagination des créateurs locaux sont encore rares : Kwezi, un super-héros sud-africain refusé par les éditeurs traditionnels et propulsé par l'autopublication, ou encore Wale Williams, héros nigérian, posent les jalons d'une production locale.

 

Kwezi #1, signé Loyiso Mkize

 

 

Les créateurs l'assurent d'entrée de jeu : si l'émergence d'une production comics locale est un jalon important dans l'affirmation d'une culture propre, « nous n'aimons pas des personnages comme Superman, Batman ou Spider-Man pour leurs origines », explique Roye Okupe, créateur nigérian du personnage Wale Williams, un héros équipé d'un costume truffé de nanotechnologies qu'il met au service du Bien.

 

Néanmoins, les nouveaux canaux de publication permettent aussi d'affirmer une culture propre, empreinte de fierté. Le personnage de Kwezi a ainsi failli ne jamais voir le jour, puisqu'il était systématiquement refusé par les éditeurs traditionnels. « Nous n'avons jamais eu de super-héros qui parle comme nous, nous ressemble ou partage la même expérience, le même environnement », souligne Loyiso Mkize, créateur de Kwezi. 12 numéros mettant en scène le super-héros sud-africain sont prévus, et 3 ont déjà rencontré leur public.

 

 

 

 

Mkize avait participé à la création de Supa Strikas, un des plus grands succès de la courte histoire du comics sud-africain. Le tirage moyen a ainsi atteint les 1,4 million d'exemplaires, distribués dans 16 pays du continent. La plupart des créateurs se revendiquent d'influences extérieures, comme Roye Okupe avec les Tortues Ninja, mais s'attachent à ancrer leurs histoires dans un environnement proche : dans Kwezi, on parle l'argot local, à base de skhokho (un dur) ou de skeem saam (un pote).

 

Le principal obstacle à l'imagination des auteurs reste la frilosité des investisseurs, que Okupe a lui aussi expérimentée. Toutefois, le bouche à oreille et l'absence d'offre aidant, les titres trouvent rapidement un public, qui aime lire et observer des récits extraordinaires se déroulant à quelques mètres de chez eux. Une série animée mettant en scène Wale Williams est même en développement.

 

 

(via Design Indaba, Okay Africa)