Une BD pour Finkie : Fluide Glacial refait l'éducation du philosophe

Antoine Oury - 21.05.2014

Manga/BD/comics - Univers BD - Fluide Glacial - Alain Finkielkraut - art mineur


Le tout jeune Académicien Alain Finkielkraut n'a pas rangé la langue dans la poche de son habit vert : dans son émission Répliques, que le service public a la gentillesse de nous faire écouter sur France Inter, l'Académicien a exprimé tout le mépris qu'il ressentait vis-à-vis de la BD. Afin de le remettre à sa case, Fluide Glacial propose l'opération Une BD pour Finkie.

 

 

Attention, la BD peut décoiffer

(Claude TRUONG-NGOC, CC BY-SA 3.0)

 

 

Sur France Culture, l'écrivain ne prend pas quatre chemins, et semble considérer que les « hiérarchies culturelles » sont en train de disparaître, ce qui représente selon lui un mal indescriptible de la démocratie moderne, comme le rapporte Rue89. Finkie fait référence à un article sur Louis Schweitzer, PDG de Renault devenu le premier président de la Halde, la Haute autorité de lutte contre les discriminations, dans lequel Schweitzer expliquait posséder plus de 3000 bandes dessinées chez lui.

 

Et Finkie, de lancer le fruit d'une intense réflexion :

C'est ainsi qu'on peut se targuer d'aimer la bande dessinée. Pourquoi ne pas aimer la bande dessinée ? Mais s'en targuer c'est autre chose. C'est dire, en sous-main, il n'y a pas d'art mineur. Et quand on dit il n'y a pas d'art mineur, non seulement on réhabilite les arts mineurs mais on vide les autres.

Ou cette autre perle, qui veut sûrement souligner qu'il n'y a de musique que classique :

Si la variété, c'est de la musique, il n'y a plus de musique, la musique disparaît peu à peu de la consommation courante.

Ou encore, avant la nausée, cette réflexion sur la volonté fascisante du monde moderne de vouloir réduire les inégalités :

Mais on a l'impression, aujourd'hui, que c'est toute discrimination qui est mise en cause. C'est le droit de discriminer qui est refusé au nom de l'égalité de tous.

Du Finkielkraut-rock pur jus : en 2008, il avait déjà exprimé tout son dégoût pour la bande dessinée dans une interview au quotidien Libération, suscitant une réponse énervée de l'ACBD.

La beauté des livres, c'est qu'ils sont sans images et qu'ils offrent ainsi libre carrière à l'imagination. Il y a tant de livres à lire, de toiles à admirer, que je n'ai pas de temps à perdre pour ce qu'on appelait autrefois des illustrés.

Pour remettre Alain Finkielkraut à la page en matière d'« illustrés », Fluide Glacial et son rédacteur en chef lancent donc l'opération Une BD pour Finkie, afin de faire déborder sa bibliothèque bien remplie d'albums remplis de couleurs, de dessins, de bulles, mais pas que. Et Yan Lindingre n'a pas eu à réfléchir bien longtemps pour arrêter son choix...

 

 

 

 

 

Comme précisé dans le post, auteurs, éditeurs et lecteurs sont invités à participer à cette grande opération caritative, pour déciller les yeux de l'aveugle...