Une peinture Batman de Mel Ramos vendue 173000 $

Clément Solym - 31.10.2015

Manga/BD/comics - Comics - Batman enchères - peintre artiste - vente héros


Le Chevalier Noir appartient encore à DC Comics, mais les artistes s’en emparent avec de plus en plus de facilité. Mel Ramos compte parmi les figures de la pop culture, connu dans le milieu du pop art et de la publicité, le plus souvent pour ses pin-up. Mais il s’est également distingué avec des intégrations de super héros, dans des éléments abstraits ou réalistes.

 

 

 

Au cours d’une vente aux enchères à New York, Mel Ramos a proposé à chez Heritage Auctions son œuvre, A Sinister Figure Lurks in The Dark. Cette représentation de Batman, alias Bruce Wayne est allée chez un collectionneur privé de Dallas.

 

« Entre 1962 et 1963, Ramos travaille sur une série de peintures représentant des super héros de bandes dessinées, des icônes de la culture américaine comme Batman, Superman, Phantom Lady, Wonder Woman et Sheena, peints dans des couleurs vives. En 1963 des œuvres de Ramos ont été incluses dans l’exposition de groupe “Pop Goes the East” au Musée contemporain de Houston. La même année il voyage en Europe. Sa première exposition personnelle a lieu en 1964 à la Bianchini Gallery à New York. En 1965 ses œuvres sont montrées à la David Stuart Gallery à Los Angeles. » (via galerie Tirigano)

 

L’œuvre avait été offerte en 1962, alors que l’artiste était encore totalement inconnu. La société qui organisait la vente ne fait pas de révélations sur la personne, mais assure que les créations de Ramos ont le vent en poupe. Âgé de 80 ans, le bonhomme vit actuellement en Californie et repartira avec un chèque de 173.000 $ pour son interprétation de Batman, rapporte l'AP.

 

Voici, pour la forme, quelques-unes de ses créations présentées sur son site

 


Pour approfondir

Editeur : Le livre d'art
Genre : monographie /...
Total pages : 48
Traducteur :
ISBN : 9782355322112

Mel Ramos ; peintures et sculptures

de Jeannette Zwingenberger

Tout au long de sa vie, Mel Ramos a subi les attaques de féministes qui lui ont reproché de réduire la femme à un objet sexuel. Jeff Koons, quant à lui, connu pour ses positions libertaires, a déclaré qu'il voyait en Ramos un des représentants les plus importants de la mouvance du pop'art de la première génération. Ramos m'a révélé que ce n'est que depuis vingt ans et quelque qu'il se sent délivré des accusations de ceux qui ne lisent son oeuvre qu'au premier degré. L'artiste a toujours réfuté le titre de "pin-ups" pour les personnages féminins qui sont au coeur de son travail, d'autant que son modèle de prédilection fut son épouse, si omniprésente, tant dans son oeuvre que dans sa vie. L'oeuvre de Ramos pose donc la question du regard sur la femme, regard aussi bien masculin que féminin. Aurait-il changé ? Jeanette Zwingenberger

J'achète ce livre grand format à 35 €