Une sexualité trop libérée pour les héroïnes de DC Comics ?

Clément Solym - 27.09.2011

Manga/BD/comics - Comics - heroine - sexe - relation


Le monde parfois si policé du comics a-t-il pris une vague de politiquement correcte dans les gencives ? Alors que l'éditeur DC Comics vient de redéfinit complètement sa ligne éditoriale ce mois-ci, quelques controverses pointent...

Deux titres sont ainsi montrés du doigt : Catwoman #1 et Red Hood and the Outlaws #1, dans lesquelles les personnages féminins en petite tenue affriolante pour geeks ont des relations sexuelles... Si pour Catwoman, c'est sur Batman que seront précipitées les ardeurs, l'autre héroïne en minuscule maillot de bain n'en finit pas moins au lit avec un membre de son équipe.


Critique abondante et levée de boucliers, les uns criant au machisme, les autres au contenu explicite et même un peu trop. La dimension sexuelle des héroïnes ne passerait donc pas dans l'esprit des bien-pensants, alors que DC Comics s'était déjà, par le passé, fait tacler pour ses représentations des malades mentaux.


En effet, dans le New York Times, plusieurs psychiatres avaient dénoncé ce qui était fait de l'asile d'Arkham, où criminalité est mis sur le même plan que maladie mentale. D'un autre côté, faut assumer les patients que l'asile se coltine, à commencer par le Joker...

De l'autre, on reprochait à DC de faire un usage abusif des termes médicaux, estimant que les inexactitudes « perpétuent des stéréotypes nuisibles », qui mènent immanquablement à des discriminations à l'égard de personnes atteintes de troubles mentaux.

On ignore si le secteur du porno ou celui de la mode a contacté l'éditeur pour lui faire part de ses réflexions quant aux petites tenues desdites héroïnes, mais il semble surtout que cette idée ait attiré un maximum de publicité...

ComicsAlliance fait à ce titre un état des lieux assez... visuel de la situation.