Union en Allemagne contre le piratage d'animes et de manga

Clément Solym - 09.09.2010

Manga/BD/comics - Univers Manga - anime - copyright - allianz


L'Allemagne se lance dans la guerre contre les fansubs et les scantrads mais de manière douce avec l'Anime Copyright Allianz.

Les membres de ce groupe sont des fans de manga et d'animes, mais aussi chose étonnante deux sites de fansubs (fan-sub.de et animefansubs.org), des fournisseurs de contenus Universium Film, Anime-Virtual/Kazé Allemagne, la chaîne de télé Animax (chaîne de télévision japonaise qui a été aussi lancée en Europe notamment en Allemagne en 2007 et en Espagne et au Portugal en 2008), la boutique en ligne Nipponart, Anime House et enfin le magazine AnimaniA.


Autant dire tous les groupes concernés de près ou de loin par le piratage d'animes et de manga en Allemagne. Si on a déjà vu des fans « soutenir l'industrie » de l'anime et du manga, on notera que c'est la première fois que les fans, les sites de fansubs et les fournisseurs de contenus s'associent sur la question du piratage.

Informer le public sur le droit d'auteurs et ses problématiques

Concrétement l'Anime Copyright Allianz compte agir sur deux leviers pour contrer le piratage, indique Anime News Network. Premièrement, l'alliance se donne une double mission d'éducation : expliquer aux fans comment fonctionne, et à quel point c'est complexe, le droit d'auteur pour les animes sur le net. Sur son site Kazé Allemagne affirme : « On ne peut pas espérer que les gens respectent le droit d'auteur s'ils ne savent pas et ne comprennent pas comment ce droit fonctionne ».

Toujours dans l'idée d'éduquer les fans aux problématiques du piratage. L'alliance entend faire comprendre que l'animation c'est beaucoup de travail créatif et que partant de là tous les acteurs de la chaîne doivent être payés. Sinon, ils n'auront plus envie et ne pourront plus exercer leur métier. Kazé précise sur son site que « sur les trois dernières années quatre grands éditeurs se sont totalement retirés du marché de l'anime en Allemagne. Le secteur de l'anime vaut de moins en moins la peine pour les fournisseurs de contenus, parce que les fans sont de moins en moins disposés à dépenser de l'argent pour leur hobby ».

Éduquer plutôt que réprimer

Enfin, second moyen d'action, donner un coup de pied dans la fourmilière en signalant systématiquement aux hébergeurs de contenus comme YouTube et RapidShare quand un titre piraté est sur leur site. En demandant bien évidemment le retrait de celui-ci. Pour autant, l'Anime Copyright Allianz, ne souhaite pas se lancer dans une chasse aux sorcières (comme c'est le cas en Amérique avec l'alliance des éditeurs américains et japonais dont fait partie la Shueisha qui rappelons-le détient Kazé).

Michael Wache directeur général du portail de VOD Anime On Demand et coordinateur de l'alliance affirme qu'elle ne poursuivra personne en justice. Peu importe donc qui met en ligne des oeuvres piratées ou qui les télécharge. Selon Michael Wache, les dernières actions « contre les violations du droit d'auteur, nous ont conduits à la conclusion que la promotion d'un comportement conforme au droit d'auteur et la seule perspective de succès à condition que tous les acteurs, les fans, les fournisseurs de contenus et les médias travaillent conjointement ».

Riposte agressive de certaines teams de fansubs

On appréciera cette attitude qui ne stigmatise pas les fans et vise à éduquer plutôt que réprimer, pourtant l'initiative n'a pas été du goût de tous. En effet, des groupes de fansubbers, visiblement agacés par l'alliance on décidé de lancer une riposte à coups de piratage de serveur, à peine quelques jours après l'annonce du lancement de l'alliance.

Des attaques par déni de service ou DoS voire même des DDoS (distributed denial of service attack) puisque perpétrées par plusieurs attaquants ont été lancées contre le site de l'alliance et contre le site de fansubs allemand animefansubs.org, indique le site d'informations Gulli. Le site de l'Alliance n'a pas été trop touché, juste quelques limitations dans les fonctionnalités. Par contre, animefansubs.org a été inaccessible pendant quelque temps.