Vampire, crème solaire et dérision : cocktail anti-romance idéal

Clément Solym - 12.09.2011

Manga/BD/comics - Comics - vampire - romance - parodie


Les vampires ont su reconquérir un tout nouveau public, lorsque Stephenie Meyer, avec sa race dégénérée de vampires végétariens ascendants Prince Charmant a débarqué dans les librairies... Mais tout le monde n'a pas goûté que l'on fasse de ces créatures des Bisounours à canines.

Il traîne actuellement sur l'internet du oueb une série particulièrement acide à l'égard de tout ce qui est romance vampirique, avec une belle note d'humour et de dérision. Pas forcément de quoi redorer le blason des descendants de Dracula, mais au moins assez pour sauver la face.

La série Dracula Mystery Club se présente plutôt comme une sorte version Scooby-Doo, avec des enquêtes peu sérieuses, et des vampires particulièrement drôles. Le personnage principal est une simple mortelle, Hori, qui, cheveux aux vents, entre à l'école Dark Desire High School.


Elle est subitement éprise d'un personnage au teint pâle, triste et mélancolique en permanence, qui consomme de la crème solaire en guise de boisson désaltérante - pour éviter de prendre feu. Parce que Ark Von Serph, de son petit nom, est un vampire, qui exposé au soleil, pourrait partir en cendres.

Au menu, gags plus ou moins gros, plus ou moins sexy d'ailleurs - à voir parce que Ark est incapable de garder une chemise normalement posée sur ses épaules. Le premier chapitre est à découvrir, gratuitement, à cette adresse.