Van Jensen et David Mack sacrés ambassadeurs du comics des États-Unis

Joséphine Leroy - 16.05.2016

Manga/BD/comics - Comics - Van Jansen David Mack Cryptocracy - Géorgie comics BD - éducation enfants littérature


La ville de Tbilissi, capitale de Géorgie, a nommé le scénariste Van Jensen (auteur de The Flash et de Cryptocracy, sorti récemment aux États-Unis aux éditions Dark Horse) et le dessinateur David Mack aux postes de « premiers ambassadeurs de comics des États-Unis ». 

 

Van Jensen et des enfants géorgiens

(Compte Twitter de Van Jensen / @van_jensen

 

 

Les comics sont de plus en plus mobilisés dans l’éducation des enfants à travers le monde. Il s’agira d’apprendre aux étudiants géorgiens la créativité à l’œuvre dans l’élaboration d’histoires. En mai et juin, les deux professeurs se succéderont afin d’apprendre aux étudiants d’Empower Women les bases de la création d’un comic book. Les étudiants devront rendre un produit finalisé promouvant le « travail d’équipe, l’égalité des sexes et la non-violence ». Ce seront les milieux ruraux qui en bénéficieront prioritairement puisque le numéro y sera distribué gratuitement. 

 

 

 

Dans la vidéo, Van Jensen s’est étonné et réjouit d’une telle nouvelle : « Incroyable, mais vrai : je suis le premier Ambassadeur des  États-Unis. L’ambassadeur des États-Unis à Tbilissi, en Géorgie, m’a demandé de me rendre dans la ville avec l’artiste David Mack [aussi ambassadeur, NdR] et de visiter les institutions culturelles, puis de travailler avec un groupe d’habitants sur la création d’une nouvelle BD. J’irai aussi au festival de littérature local pour passer plus de temps avec les enfants de réfugiés, dans le centre d’accueil pour migrants. À mon retour, je lancerai une campagne de dons qui permettra d’envoyer des BD aux réfugiés. Restez attentifs pour plus d’informations ! » 

 

Van Jensen en mai, David Mack en juin, les deux artistes partagent leurs savoir-faire. Un communiqué du département d’État précise le rôle que David Mack occupe : « Afin d’inspirer des artistes en herbe, il tiendra une exposition lors de laquelle on pourra observer son don pour le récit par image. Il travaillera avec des étudiants géorgiens sur l’élaboration de personnages, la mise en page, les crayons et l’encre nécessaires pour leur comic book. Il tiendra aussi une master class destinée aux étudiants sourds et malentendants dans un pensionnat de Tbilissi. » 

 

Une initiative salutaire qui pourrait aider les jeunes géorgiens à se frayer un chemin dans un cet univers.

 

Dans un communiqué, le département d’État renvoie à l’importance de la bande dessinée dans le paysage culturel géorgien : « La Géorgie a une ancienne et riche tradition artistique, mais les bandes dessinées sont relativement nouvelles dans le pays. Avec l’expansion du genre dans les films de superhéros et les programmes télévisuels, les artistes géorgiens ont envie de commencer à écrire leurs propres histoires, mais manquent de technique pour y parvenir. Pendant leur visite en Géorgie, les ambassadeurs transmettront leur expérience pointue. Ils vont aussi mettre en lumière l’importance de la BD dans l’expression artistique, dans le divertissement, dans l’économie, et encourager la jeunesse à percevoir le storytelling visuel comme un boulevard qui leur serait ouvert et dont ils pourraient eux-mêmes être les héros, à leur manière. » 

 

Van Jensen a rempli en partie sa mission. Sur son compte Twitter, il pose fièrement avec des enfants géorgiens qui ont conçu des t-shirts dédiés aux comics : 

 


 

(via Comics Beat