Vandalisme antisémite en médiathèque : Joann Sfar blasé, “vingt ans que ça dure”

Joséphine Leroy - 20.06.2016

Manga/BD/comics - Univers BD - médiathèque lannion vandalisme - Joann Sfar raciste antisémite - lannion racisme société


Depuis plus d’un an, la médiathèque de Lannion (Côtes-d’Armor) subit régulièrement des dégradations. Une nouvelle vague de hooliganisme a été constatée en ce mois de juin et, cette fois-ci, elle prend tous les aspects d'un acte antisémite. 

 

Le chat du rabbin

(drip&ju / CC BY-NC-ND 2.0)

 

 

Dans la médiathèque de Lannion, les bibliothécaires ont fait les frais de saccagements qu’ils ont constatés dans le rayon des films d’animation. Les auteurs du vandalisme ont particulièrement visé Le Chat du rabbin, l’adaptation de BD la plus connue de Joann Sfar, en perforant le disque sans retenue. « C’est profondément choquant », s’émeut une bibliothécaire. « D’autant que cela s’ajoute à d’autres faits », informe-t-elle.

 

Parmi les actes de vandalisme, des inscriptions à caractère raciste au mur des toilettes. Cela fait en effet plus d’un an que la médiathèque subit ce genre de dégradations racistes comme antisémites. Déjà, au mois de février, la médiathèque de Lannion avait été victime de dégradations bien ciblées : des œuvres sur la Seconde Guerre mondiale, dont des DVD et des livres qui prennent pour sujet la Shoah et la Résistance. (via Sud-Ouest)

 

Joann Sfar, qui a récemment publié Tu n’as rien à craindre de moi, a exprimé sa lassitude sur sa page Facebook, pointant le fait que les journaux n’évoquent jamais cette réalité : « Pardon pour mon apathie. J’arrive face à vous après quinze ans d’interventions en ZEP durant lesquelles j’ai vu comme enseigner la deuxième guerre mondiale devenait un acte périlleux. Vraiment, au point où on en est, je devrais ne même pas être ému, de découvrir que mes livres qui ne parlent que de vivre ensemble et de rapprochement entre les hommes sont l’objet de déprédations. je devrais m’en foutre car j’arrive face à vous plus de cinq ans après mes tentatives de vendre le Chat Du rabbin à des pays étrangers. »

 

Or, à plusieurs reprises, on lui a signifié que la présence du mot rabbin dans le titre était problématique dans la politique éditoriale. « Pardonnez-moi, je ne parviens même pas à jouer la révolte quand j’apprends par Ouest France que même dans un coin paisible comme Lannion mes bouquins ou films se font défoncer parce qu’il y a “rabbin” dans le titre»

 

Et de conclure : « Ça ne me blesse pas, parce que ça fait plus de vingt ans que ça dure. Finalement, je devrais être heureux que pour la première fois un journal en parle [Sud-Ouest, NdR]. La haine des juifs est un sujet de convergence absolu entre les fanatiques de bords opposés. je le redis. les juifs sont un baromètres [sic] : quand on commence à cogner dessus, c’est que les libertés ne sont plus là pour longtemps. »  

 

 

La lassitude face aux actes racistes et antisémites n'est jamais de bon augure.