Cambriolage de la librairie Alpha Comics à Calgary, "trois gorets"

Clément Solym - 01.06.2015

Manga/BD/comics - Comics - librairie vandalisme - comics vols - Calgary


Certainement de grands lecteurs, ces voleurs, puisqu’ils sont repartis avec 500 titres, comics et livres de poche, embarqués à la va-vite, dans un sac-poubelle. La librairie Alpha Comics, située à Calgary (Alberta, Canada) n’en revient pas : le larcin n’est pas d’une si grande valeur, mais les dégâts occasionnés dans la boutique se chiffrent en milliers de dollars...

 

calgary librairie comics Alpha cambriolage

 

Chris Humphries, le gérant de l’établissement, reste accablé : « La valeur en dollars de ces BD, au détail, n’est pas très élevée. En fait, je vends des comics, dans ce magasin, en m’alignant sur les prix de vente au détail aux États-Unis. Donc, des titres pas chers, mais ils ont pris beaucoup de choses. » 

 

La liste, qu’il présente sur la page Facebook de la librairie, est assez hétéroclite. Mais la méthode des voleurs laisse plus sceptique encore. « Les trois gorets qui ont fait cela ont jeté les BD dans un sac-poubelle. De la sorte, ils sont plus susceptibles d’avoir été endommagés. »

 

Un manque de soin plus désagréable encore. 

 

Lui qui revendique de passer plus de 50 heures chaque semaine dans son établissement, est d’autant plus révolté : dans cette ville, aux habitants plutôt calmes – des vétérans de la Seconde Guerre mondiale et des familles – le cambriolage fait tache. Surtout qu’il s’agit du second en quatre ans. 

 

 

 

« Je fais de mon mieux pour qu’Alpha soit plus qu’un endroit où acheter des bandes dessinées. C’est devenu une grande communauté de fans, d’artistes, d’écrivains et d’éditeurs – les personnes les plus impressionnantes que j’ai rencontrées de ma vie. »

 

Et le stock dérobé reflète nécessairement cette diversité. « Ce ne sont pas des comics Superman ni Batman, ce sont des comics dont peu de gens ont entendu parler. » Les enquêteurs sont sur le coup, mais, pour l’heure, la police a simplement indiqué qu’il faudrait installer des caméras de surveillance et faire appel à une société pour contrôler la zone. De quoi trouver un coupable... mais difficilement après coup... (via CTV)