Victoire de Warner Bros pour les droits de Superman

Clément Solym - 19.04.2012

Manga/BD/comics - Comics - Superman - DC Comics - Warner Bros


Une cour d'appel a estimé hier que la bataille des documents sous protection du contrat entre l'avocat et son client était maintenant terminé. Marc Toberoff, représentant les héritiers des créateurs de Superman, est sous le feu des projecteurs. Il est soupçonné d'avoir voulu éloigner les ayants droit de DC Comics pour son bénéfice personnel.

 

Marc Toberoff représente les ayants droit de Jerome Siegel et Joe Schuster, respectivement le scénariste et le dessinateur de l'homme d'acier. DC Comics et Warner Bros avaient déjà laissé sous-entendre que l'avocat chercherait à s'approprier les droits de Superman, en cherchant à détourner les droits d'exploitation pour son compte. Ce plan aurait été révélé par un ex-avocat, travaillant au sein du même cabinet que Toberoff. Il se serait emparé de copies de documents sensibles, dont une lettre qui décrirait les projets de ce dernier. Ces documents se seraient ensuite retrouvés entre les mains de DC Comics.

 

 

Après avoir confié ces copies à ses propres avocats, DC Comics entame donc, entre 2006 et 2008, une procédure pour que Toberoff transmette les documents véritables. Toberoff refuse, arguant que ces documents sont protégés par le contrat qui l'unit aux ayants droit. Mais une partie des documents seront tout de même transmis à DC Comics, sur décision du tribunal.

 

En 2010, Toberoff révèle la vraie nature des documents volés à des officiers enquêtant sur le vol des copies, ce qui constitue, aux yeux de la cour d'appel, une rupture de ce privilège entre le client et l'avocat. Warner Bros aura donc tout le loisir de se procurer les documents visant à prouver que l'avocat aurait tenté de mettre à mal la relation des ayants droit avec DC Comics. Malgré l'appel de Toberoff, la cour a confirmé hier cette décision. Victoire pour DC Comics.

 

Toberoff est aujourd'hui dans une position inconfortable. On lui reproche par ailleurs son double rôle d'avocat pour les ayants droit et de conseiller financier (Comics Alliance évoque par ailleurs la création d'une joint-venture par l'avocat pour tourner un nouveau film de Superman... dans laquelle il serait propriétaire d'environ 40 % des bénéfices dégagés).

 

Superman continue de faire parler de lui. Il y a peu, un document vendu aux enchères prouvait que Joe Schuster et Simon Siegel ont cédé 13 planches du héros en collants pour une bouchée de pain à... Detective Comics, en mars 1938 (voir notre actualitté).

 

Retrouver tout Superman, dans notre librairie