Walk of Fame : Snoopy goes to Hollywood

Cécile Mazin - 03.11.2015

Manga/BD/comics - Comics - Hollywood étoiles - Snoopy récompense - walk fame


Les enfants sont tout émus, et les adultes amusés. Alors que le film The Peanuts va prochainement sortir sur les écrans, le Beagle le plus célèbre de la planète BD a sa place sur le Walk of Fame. L’avenue d’Hollywood, contenant les étoiles de grandes stars du cinéma – Les Simpson y ont d'ailleurs leur coin –, va faire de la place pour une nouvelle célébrité. 

 

 

 

La plaque du toutou est à retrouver désormais au numéro 2563 sur le boulevard, et fut créée justement pour accompagner le lancement du long-métrage. Il compte parmi les personnages de dessins animés qui, à l’instar de Bugs Bunny, Donald Duck, ou encore Mickey Mouse, Blanche Neige et Shrek, ont également reçu cet honneur.

 

Et comble, avant lui, Lassie et Rintintin furent les premiers lauréats canins. À quand Rantanplan ? Et Grumpy Cat ? Le film The Peanuts doit sortir le 23 décembre. La présence sur le Walk of Fame n’offre cependant pas de supplément de croquettes. 

 

Cette voie célèbre couvre plusieurs kilomètres au sein du quartier historique du cinéma, au nord-ouest de Los Angeles. Et la liste des prestigieux noms attachés à cette avenue est loin d’être close. Elle s’enrichit même régulièrement de nouveaux noms.

 

Snoopy ? Au début des années 1950, Charles M. Schulz publiait ses premiers Snoopy dans quelques journaux. Aujourd'hui, le petit chien et ses amis sont de véritables icônes dans le monde entier. Ce livre événement retrace leur histoire à partir de documents d'époque et d'archives de la famille Schulz. Au fil des pages, des planches rares dévoilent l'évolution de votre chien préféré.

 

 

Snoopy est la création de Charles M. Schultz, dont le fils Craig est tout à la fois scénariste et production pour le film. Ce dernier était présent en compagnie de Paul Feig, autre producteur.

 

« Toute la personnalité de Snoopy est un peu amère, mais c’est un personnage très fort. Il peut gagner ou perdre, être une catastrophe ou un héros, et n’importe quoi d’autre, et pourtant, tout fonctionne avec lui. J’aime le fait que, même quand il est dans une situation difficile, il parvient à se réfugier dans un monde imaginaire et s’en sortir », expliquait Schultz, décédé en 2000.