Welcome to the Jungle : les Simpson quittent Gallimard et Casterman

Nicolas Gary - 20.08.2013

Manga/BD/comics - Univers BD - Editions JUngle - Moïse Kissous - Editions Casterman


Cette rentrée est définitivement celle des mouvements : les éditions Jungle, créées en 2003 par Moïse Kissous, en partenariat avec Casterman, s'apprêtent à prendre un nouveau virage. Cette maison BD, très tournée vers l'audiovisuel, va donc prendre son indépendance, pour rejoindre le giron de Steinkis Groupe, dirigé par Moïse Kissous, pour une nouvelle évolution. 

 

 

 

Moïse Kissous

 

 

C'est un projet de longue date, que cette prise d'indépendance, mais qui avait été quelque peu bouleversé par les mutations qu'ont connues les éditions Casterman. Filiale du groupe Flammarion, racheté par le groupe Gallimard, la maison BD a vécu des semaines agitées depuis l'annonce de la reprise. En effet, Louis Delas, à la tête de Casterman avait proposé à Antoine Gallimard, le repreneur, un rapprochement avec L'École des loisirs - maison familiale, dont Louis Delas allait reprendre la direction. 

 

L'anniversaire de la création : retour à l'indépendance

 

Toutefois, ces négociations ayant échoué, Louis Delas a été contraint de présenter sa démission, et de quitter la maison, pour ce mois de janvier 2013. « C'est avec un sentiment de tristesse, et de gâchis que je quitterai ce poste, surtout parce que le projet que je portais, de rapprocher les deux maisons, était une alliance idéale et magnifique. Les deux sociétés ont une même culture de ce respect primordial pour l'auteur, et plus encore, L'École des loisirs est distribuée par la SODIS, que possède Gallimard. Ce sont des gens qui se connaissent déjà », expliquait-il à ActuaLitté.

 

L'ACBD dans son rapport faisait un point sur l'évolution du groupe Gallimard, en matière de BD, après le rachat de Flammarion : 

le groupe Gallimard, en ayant racheté le groupe Flammarion, hérite des labels BD Casterman, KSTR, AUDIE/Fluide glacial et de 50% de Jungle ! (qui se rajoutent à ses filiales Denoël Graphic et Futuropolis dont le groupe d'Antoine Gallimard a repris 100% des parts), et devient ainsi le 4e éditeur en termes de chiffre d'affaires et de production, avec 330 titres en 2011 – soit 5,93% (contre 303 et 5,8% l'année passée).

 

Pourtant, MoÏse Kissous assure que c'est sans aucun rapport avec le départ de Louis Delas qu'il avait décidé de quitter la barque Casterman, emportant avec lui des licences aussi prestigieuses que Les Simpson, et bien d'autres. « C'est une réflexion que l'on mène depuis longtemps : avec 2013, c'est l'anniversaire des 10 ans de la création, et c'est probablement une bonne date pour prendre un autre départ. Casterman a été un très bon partenaire, durant toutes ces années, mais il faut prendre en compte les possibilités de développement qui s'offrent pour Jungle !, tout seul, désormais. » 

 

Cette évolution, explique-t-on pudiquement, avait d'ailleurs attendu que les discussions entre Louis Delas et Antoine Gallimard soient achevées, pour être présentée. Inutile de surcharger les calendriers des dirigeants avec une multitude de modifications dans l'organigramme. Et surtout, faire en sorte que les discussions ne se télescopent pas. « Cette stratégie de développement indépendant est importante pour Jungle, qui pourra s'ouvrir à d'autres projets », souligne-t-il.

 

AC d'essais : Welcome to The Jungle

 

Le groupe Steinkis devient donc propriétaire à 100 % des éditions Jungle !, après le rachat de la quote-part de 50 % de Casterman, et pour l'occasion, Jungle SAS sera créée dans les prochains mois. C'est aussi une sorte de cadeau d'anniversaire, puisque la première publication de Jungle ! eut lieu en octobre 2003 : en se rapprochant de Flammarion pour assurer la diffusion, Jungle ! s'était monté en Société de Participation avec Casterman « pour son développement ». Un rachat intéressant pour le groupe Gallimard, alors que ce dernier chercherait à ouvrir 10 % du capital de la holding Madrigall.

 

 

L'aventure se poursuit pour la famille jaune

 

 

Dans un communiqué, le fondateur précise : « C'est l'occasion pour Steinkis Groupe de se structurer pour accompagner le développement de ces différentes maisons, mais aussi préparer nos développements futurs. Nous avons ainsi recruté une demi-douzaine de personnes pour prendre en charge avec le même degré d'exigence les fonctions tenues jusqu'à présent par Casterman pour le compte de Jungle ! (gestion, juridique, production, relation diffusion) et ces personnes vont travailler de manière transverse au bénéfice des différentes maisons du groupe. »

 

Une grande partie de son catalogue s'est monté autour des adaptations télé, la première en date étant Caméra Café, qui s'est écoulée à plus de 500.000 exemplaires. Par la suite, Les Simpsons, Scènes de Ménage, Bob l'Éponge, Scooby Doo, venus du petit écran, puis L'Âge de glace ou Madagascar, issus du grand écran, ont complété le tableau. 

 

La BD de création jeunesse 

 

Notons également que des créations maison comme la série Mistinguett, qui compte trois tomes, ont apporté un souffle nouveau dans le domaine de la BD jeunesse. C'est d'ailleurs l'une des orientations que prendra désormais Jungle !, nous précise Moïse Kissous. « Nous souhaitons trouver de nouveaux auteurs, pour développer un plus grand secteur de création BD pour la jeunesse. Pour 2014, une demi-douzaine de titres sont prévus. Le premier sera de Garrera et Ghorbani, Les dégueus, histoires d'adolescents qui ont un comportement vraiment ‘gore'. » Pour le découvrir, il faudra attendre janvier de l'année prochaine. 

 

Avec une part de marché proche des 20 % dans la BD d'humour, Jungle ! entend bien poursuivre un développement plus poussé. Une cinquantaine de titres arriveront l'année prochaine chez Jungle !, qui l'année passée a réalisé 5,5 millions € de chiffre d'affaires. 

 

 

Mistinguette, le carton de la maison

 

 

Pour autant, la maison ne compte pas basculer dans une frénésie numérique. « Nous serons plutôt suiveurs que novateurs dans ce domaine. Notre structure examine attentivement ce qui se passe, et avec Izneo, nous disposons d'une plateforme d'observation intéressante. Quand des modèles économiques sérieux se seront dégagés, alors nous nous investirons plus dans ce secteur. Pour l'heure, je préfère que nous fassions preuve d'innovation dans le domaine éditorial. »

 

Steinkis Groupe réunit Stainkis Editis et Splash! ainsi que Ludetis (éditeur ludo-éducatif) et Atlantic (spécialisé dans l'art séquentiel, liant BD et séries), deux autres sociétés avec lesquelles il sera possible d'envisager de nouvelles synergies, mais également des projets éditoriaux. Reste que la perte des Simpson représente un coup dur pour Flammarion, alors que la licence s'est écoulée à 5 millions d'exemplaires en quatre ans et demi.

 

Pour approfondir

Louis Delas : Je porte Casterman dans mon coeur depuis 13 ans