Wilfrid Lupano : “Un gouvernement qui, en tout point, me fait honte.”

Nicolas Gary - 20.05.2019

Manga/BD/comics - Univers BD - Wilfrid Lupano - Franck Riester - chevalier arts lettres


Accorder le grade de chevalier des arts et des lettres à Wilfrid Lupano était une entreprise risquée. Franck Riester, ministre de la Culture vient de l’apprendre à ses dépens. Car dans une grande explication diffusée sur Facebook, le scénariste annonce qu’il préfère refuser un honneur — n’ayant, de ses propres mots, « jamais été très excité par les médailles ». Mais outre la breloque, c’est avant tout celui qui la punaise qui pose problème.

The shame
Grey World, CC BY SA 2.0
 

La question vient vite, posée par Lupano sans prendre de gants, « comment accepter la moindre distinction de la part d’un gouvernement qui, en tout point, me fait honte ? Car oui, il s’agit bien de honte ». Et de lister avec soin l’ensemble des défaillances qu’il observe sur le territoire français, détaillant les raisons d'une colère tant accumulée qu’en vient la nausée.
 


Ce sont les services publics, exsangues au prétexte du « refus dogmatique de faire payer aux grandes entreprises et aux plus grosses fortunes les impôts dont elles devraient s’acquitter ». Ou encore, les hôpitaux, dont la situation émeut Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, « alors que c’est bien votre gouvernement qui fait le plus de mal aux services de santé ». Et pas les trois gilets jaunes qui ont tenté d’y trouver refuge. L’affaire de la Pitié-Salpêtrière est d’ailleurs en train de tourner en eau de boudin pour le ministre…

Et puis l’anaphore se déroule, méthodique, implacable : « J’ai honte », répète le scénariste, énumérant une liste de méfaits ou d’indignité dont s’est rendu coupable, ou complice, le gouvernement français, qui aimerait maintenant lui remettre une médaille. Un J'accuse façon Zola, extrêmement bien exécuté ! 
 

J’ai honte de ce gouvernement qui en supprimant l’ISF, a divisé par deux les ressources des associations qui prennent à leur charge les plus faibles, les plus démunis, les laissés pour compte, à la place de l’état.

Wilfrid Lupano



C’est « votre politique indigne d’accueil des migrants, et en particulier des mineurs isolés », qui est attaquée, aussi bien que « l’incapacité de ce gouvernement à prendre en compte l’urgence écologique, qui devrait pourtant être le seul sujet à vous préoccuper vraiment ». 
 

Madame la Marquise [...] il faut que l'on vous dise


Ou plus encore, venant d’un « gouvernement mal élu (le plus mal de l’histoire de la cinquième République) qui ne tient plus que par sa police ultra violente ». Et de poursuivre : « J’ai honte de voir, depuis des mois, partout en France, éclater des yeux, exploser des mains ou des visages sous les coups de la police, de Notre Dame des Landes aux Champs-Élysées, à Toulouse, Biarritz, Nantes. Le monde entier s’alarme de la dérive sécuritaire de votre gouvernement, de l’utilisation abusive d’armes de guerre dans le maintien de l’ordre, mais vous, vous trouvez que tout va bien. »

Grégory Panaccione et Wilfrid Lupano - Prix Fnac BD 2015
Grégory Panaccione et Wilfrid Lupano - ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

Wilfrid Lupano aligne : Maxime Peugeot, 21 ans, dont la main arrachée par une grenade dans un champ de Notre Dame des Landes. Ou encore Lola Villabriga, 19 ans, « défigurée à Biarritz par un tir de LBD que rien ne justifiait et qui vit désormais avec des plaques d’acier dans la mâchoire ». Deux noms, mais les exemples se compteraient par centaines, assure-t-il. 

Voici pourquoi, et comment, le coauteur des Vieux Fourneaux renâcle et refuse une récompense, remise par le politique. Pourtant, « dans un monde où les distinctions culturelles seraient remises par le milieu culturel lui-même, sans intervention du politique, j’aurais accepté celle-ci avec honneur et plaisir ». 

Et de conclure, avec force : « Mais il n’y a pas de geste politique qui ne soit aussi symbolique, et je sais déjà que si un jour j’atteins l’âge avancé où on prend son pied à exhiber ses breloques, j’aurais bien peu de plaisir à me rappeler que celle-ci me fut remise par le représentant d’un gouvernement dont j’aurais si ardemment souhaité la chute et la disgrâce. »

Voilà comment le ministre, au futur chevalier qu'il voulait récompenser, en a pris pour son grade.


Commentaires
"Honte", mais aussi colère ! En tout cas, merci cher concitoyen. Nous sommes en toute solidarité - par dessus tout, oui, pour "l'urgence écologique". L'irresponsabilité de ce pouvoir est totale. Il doit dégager pour que le peuple décide très vite de ce qui est vital pour lui et tous ses semblables sur cette planète : la mise en oeuvre de l'indispensable unité d'action universelle contre tous les prédateurs qui la mettent à mal!
Très bien !!! On peut aussi habiter loin de l’hexagone comme moi et avoir honte de ce gouvernement de m...
Une réponse pleine de dignité et qui n'utilise pas la nov'langue. Bravo Mr Lupano.
Bravo M. Lupano! Je suis entièrement solidaire de tous vos propos.

Bravo, et merci, d'exprimer tout cela quand beaucoup d'entre nous tentent de le faire dans la rue sans être entendus, et en étant malmenés.
chapeau Monsieur Lupano.Vous honorez votre profession
Excellent de bout en bout ! Rien à ajouter, rien à retrancher. Bravo et merci Monsieur LUPANO ! Cette dictature en marche doit être combattue avant qu'il ne soit trop tard pour la démocratie et nos acquis sociaux.
merci de nous montrer ce qu'est la dignité

Valeur largement oubliée depuis quelques temps

je souhaite que vous ayez de nombreuses émules

merci
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.