Wonder Woman vulgaire, trop dénudée : coup de Cho pour le dessinateur

Nicolas Gary - 16.07.2016

Manga/BD/comics - Comics - wonder woman comics couvertures - vulgarité dessin wonder woman - censure dessins pudeur


Frank Cho et Wonder Woman, ce sera une histoire d’amour rapide, et funeste. Le dessinateur a, qui l’éditeur DC Comics avait réclamé 24 couvertures alternatives, a été contraint de quitter son job. C’est que la maison d’édition n’appréciait pas son travail, régulièrement frappé par la censure des responsables. Et plus spécifiquement encore, l’inimitié d’un certain Greg Rucka. Bref, ça choffe...

 

crédit Frank Cho

 

 

Au départ, il y a un contrat pour 24 couvertures de Wonder Woman, des variantes pour la collection Rebirth que DC Comics propose deux fois par mois. Frank Cho arrivait tout juste de chez Marvel, et s’est rapidement mis au travail. Dès avril, il poste les premiers jets (voir en fin d’article), et manifestement, tout se passe pour le mieux.

 

Mais après la sixième salve de couvertures, soudainement, tout se crispe. Et voilà l’avis de Cho sur ce qui se trame : « Tout le monde aime mes Wonder Woman, et veut me garder. Greg Rucka est le seul qui a un problème avec mes couvertures. [Il] a tenté de les modifier et de censurer mes œuvres dès le premier jour. »

 

Le bonhomme aurait en effet trouvé la représentation du personnage vulgaire, trop dénudé – whaaaat ? – et on en oublie. « J’ai essayé de la jouer conciliant, de ne pas faire tanguer le navire, et de faire de mon mieux pour ces couvertures, mais l’agenda politique bizarre de Greg contre moi et mon art a rendu ce travail impossible. Wonder Woman est l’unique raison pour laquelle je suis venu chez DC Comics. »

 

En somme, Cho voulait faire ses dessins, qu’on lui fiche la paix, et surtout que personne ne lui cause de problèmes. Surtout qu’on devait lui laisser toute liberté de réaliser ces couvertures, sans autre référent que Mark Chiarello, le directeur artistique senior.

 

Ou comment tout partit en vrille

 

Mais alors qui est ce Greg Rucka qui lui a rendu la vie impossible ? Romancier américain, il est aussi le scénariste des aventures de Wonder Woman. Et manifestement l’arrivée de Cho l’aurait plutôt refroidi. « Apparemment, à l’insu de Chiarello et de moi, DC [Comis] a donné à Greg Rucka un contrôle complet et total sur l’éditorial de Wonder Woman, y compris les variations qui sont couvertes par notre contrat », explique Cho. 

 

Les promesses de liberté créatrice n’engagent que ceux qui les croient, attendu qu’elles n’étaient faites qu’à l’oral. Et en tentant de raisonner le bonhomme, Cho et Chiarello se sont heurtés à un mur. Ses tentatives sont même allées jusqu’à modifier les dessins de Cho, sans avertissement... 

 

Cho n’est pas vraiment un débutant dans le monde du comics : on le connaît pour des détournements, sans conséquence, de Wonder Woman, présentée notamment dans la position de la Spider-Woman de Milo Manara.

 

Il s’amuse d’ailleurs régulièrement avec le personnage, et cette parodie avait été poussée plus loin puisqu’il avait détourné d’autres personnages féminins dans la même position.  

 

Pour l’instant, Rucka a refusé de faire le moindre commentaire. Mais ce qui reste troublant dans cette histoire, c’est que le personnage de Wonder Woman, s’il a beaucoup évolué, n’est tout de même pas un monstre d’audace ni un scandaleux attentat à la pudeur... Mais il est vrai que le personnage de la femme super est toujours regardé sous toutes les coutures : quand l’actrice Gal Gadot fut choisie pour l’incarner au cinéma, les fans n’avaient qu’une idée en tête – précisément ! – celle du tour de poitrine insatisfaisant pour rendre hommage aux vertus mammaires de l’héroïne.

 

DC Comics n'a pas non plus fait le moindre commentaire sur cette histoire un brin honteuse.

 

 

via TMS, Bleeding cool