Yanis Varoufakis, le superhéros qui combat les politiques d’austérité en Europe

Joséphine Leroy - 11.07.2016

Manga/BD/comics - Univers BD - Yanis Varoufakis Grèce Europe - BD économie austérité - BD Grèce comics fiction


L’ancien ministre grec des Finances se change en héros de BD, combattant le Minotaure de l’eurostérité. Et s'il occupe le rôle principal de la BD, d’autres acteurs de la politique européenne se bousculent autour de lui. L'album, intitulé WOW, est sorti il y a une semaine en Grèce. Yanis Varoufakis aurait signifié son accord pour la publication et aurait même envoyé des textes. 

 

(Page Facebook de WOW)

 

 

Le premier album de la BD est sorti il y a une semaine, mis en vente à 3.000 exemplaires. Yanis Varoufakis aurait donné son accord pour sa publication. Celui qui a occupé le poste clef de ministre des Finances pendant seulement cinq mois (entre fin janvier et début juillet 2015) attaque depuis 2014 la politique d’austérité imposée à la Grèce pour éponger les dettes du pays vis-à-vis de ses créanciers.

 

Alexis Tsipras, le Premier ministre, tenait fermement à poursuivre en ce sens. Mais pour maintenir la Grèce dans l’euro, il avait néanmoins dû reculer et se mettre sous tutelle de l’UE et du FMI. Une semaine avant cette annonce, Yanis Varoufakis avait démissionné. 

 

Il y a matière à en faire le héros épique de l’anti-austérité. L’album « WOW » positionne d’emblée Yanis Varoufakis comme le meneur d’une épopée politique. Le titre fait référence à la rencontre entre le ministre et le chef de l’Eurogroupe, Jeoren Dijsselbloem. Selon des témoins, ce dernier aurait accusé Varoufakis de « tuer la troïka » (la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le FMI). Le ministre aurait alors répondu « WOW », au sens de « c’est super », comme le rappelle l’AFP ; 

 

C’est d’ailleurs Jeoren Dijsselbloem qui est dessiné en couverture, juste derrière Varoufakis, accompagné de Wolfgang Schäuble, son homologue allemand. Ils incarnent le mal à combattre, le monstre à éliminer. 

 

La BD joue avec le côté caricatural et la conceptrice et scénariste de l’album, Chryssa Ariadni Kousela, choisit volontairement de suivre la ligne des dissidents du mouvement politique Syriza, dirigé par Alexis Tsipras, dont l’ex-présidente du Parlement Zoé Konstantopoulou. Celle-ci avait quitté le mouvement d’Alexis Tsipras pour rejoindre celui des dissidents, LAE. 

 

Quant à Yanis Varoufakis, il s’inscrit au sein du mouvement paneuropéen DIEM25. Selon la créatrice de l’album, qui s’est confiée au Journal des rédacteurs — quotidien grec, engagé à gauche —, l’ancien ministre aurait donné aux auteurs son accord, mais aussi quatre textes supplémentaires, écrits de sa main et reproduits à la fin de l’album. 

 

 

 

Car l’homme politique grec publie, depuis quelques années, des essais critiques sur l’économie mondiale et les politiques d’austérité en Europe. En 2014, son livre Modeste proposition pour résoudre la crise de la zone euro, coécrit aevc Stuard Holland et James K. Galbraith et préfacé par Michel Rocard, était publié (éd. Petits Matins, trad. Gilles Raveaud).

 

Il a également publié Un autre monde est possible : pour que ma fille croie encore à l’économie (éd. Flammarion, 2015), ou encore Le Minotaure planétaire : l’ogre américain, la désunion européenne et le chaos mondial (éd. Le Cercle). Le superhéros grec n’a pas fini de s’attaquer aux Minotaures que représentent pour lui les chantres de la politique européenne d’austérité.