10000 € de mieux pour le Printemps des poètes, "toujours pas assez"

Clément Solym - 06.12.2012

Culture, Arts et Lettres - Salons - printemps des poètes - subvention - Education nationale


Qu'adviendra-t-il du Printemps des poètes interrogions-nous hier, alors que plusieurs députés sollicitaient le ministère de la Culture et de l'Éducation nationale dans des questions directes. Au coeur de leurs interrogations, le devenir de la manifestation, à qui le ministère de Vincent Peillon ne pouvait pas verser la totalité de la subvention prévue pour l'année 2012.

 

Une information récente avait cependant échappé à notre vigilance, relayée par Les armes secrètes de la poésie

Un certain nombre d'associations, DONT Le Printemps des Poètes, ont reçu du ministère de l'Education nationale un courrier faisant état d'une aide supplémentaire de 10 000€ !  

Sur la subvention initiale de ce ministère fixée à 160 000 € pour l'année 2012, il ne manquerait donc plus au Printemps des Poètes "que" 50 000. 

 

Les organisateurs du Printemps nous ont confirmé que l'Educnat avait bel et bien trouvé ces 10.000 € providentiels, et les accorderait à l'association. L'argent sera pris sur le fonds exceptionnel de solidarité, que le chef de cabinet du ministre nous avait présenté en exclusivité, le 10 novembre dernier. 

 

 

 

« À ce jour, 200 associations n'ont pas eu la chance de bénéficier de leur subvention. Pour leur venir en aide, nous avons demandé à ces partenaires de diminuer le montant de leur subvention, pour 2012, afin de créer un fonds de solidarité, qui assurera à ceux qui n'ont pas reçu d'argent de recevoir une partie de cette cagnotte. Toutes les organisations, ont accepté, sans exception et sont prêtes, par solidarité, pour faire face à la crise, à abonder en ce sens. » (voir notre actualitté)

 

10.000 €, pris sur le fonds de soutien, cela est bel et bon, certes, mais du côté des organisateurs, peu d'illusions : « Ce n'est toujours pas assez, je ne vous le cache pas. Nous sommes en train de minorer toutes les dépenses et sur le plus de postes possibles, pour tirer au maximum sur la subvention que nous avons reçue. Cependant, il manque toujours 50.000 € sur le montant prévu pour l'année 2012. Et surtout, l'année 2013 est toujours en question. »

 

Il faut comprendre que l'association n'a reçu aucune garantie de l'implication que le ministère de l'Éducation nationale placera dans la manifestation - et plus précisément, du montant de la subvention accordée. « Nous devrions avoir une réponse avant la fin du premier trimestre, le ministère nous a dit qu'il anticiperait l'arbitrage, sans pouvoir donner d'assurances. Or, si en 2013, nous devons avaler le déficit de 2012, il faudra également absorber la baisse de l'année passée... »

 

En outre, si les députés ont interpellé la rue de Valois, c'est que le ministère, qui a bien garanti que pour 2012, le Centre National du Livre renouvellerait bien l'intégralité de sa subvention, reste qu'en cas de désistement de la rue de Grenelle, pour 2013, personne ne sait ce qui se passera.