medias

Depuis maintenant onze ans, le groupement des libraires Initiales rend hommage au travail d’édition et de traduction grâce à son prix Mémorable. Cette distinction salue la réédition d’un-e auteur-e injustement oublié-e, d’un livre inédit ou de la traduction entièrement révisée d’une œuvre.

 

Inside Australia by Antony Gormley
Larry W. Lo, CC BY SA 2.0

 

Le sens donné à cette récompense, par des libraires indépendants, se décline en plusieurs points. La nécessité de ne pas se laisser emporter par la vague de l’actualité, le plaisir de creuser le fonds éditorial pour en sortir de jolies pépites. 

 

Mais également la volonté de faire passer de l’ombre à la lumière des livres méconnus ou délaissés, et plus encore la joie de nourrir la curiosité des lectrices et des lecteurs qui viennent dans les librairies du groupement.

 

Ces dix-sept Mémorisables, sont dorénavant soumis au vote des librairies du réseau. D’ici un mois, Initiales communiquera la liste des trois finalistes retenus pour un second tour qui sera l’objet de débats passionnés entre les libraires. Le nom du lauréat, lui, sera ensuite rendu public en janvier 2019.

 

Le comité Mémorable au sein d’Initiales est animé par Michel Edo (librairie Lucioles, Vienne) avec l’aide de Jean Marc Brunier (Le Cadran lunaire, Mâcon), Grégoire Courtois (Obliques, Auxerre), Wilfrid Séjeau (Le Cyprès, Nevers).
 

  • Ida et le travail de réédition de l’œuvre intégrale d’Hélène Bessette (Nouvel Attila/Othello)
  • Contes d’une poche et d’une autre poche de Karel Čapek (Les Éditions du Sonneur) traduit du
    tchèque par Barbora Faure et Maryse Poulette
  • Le grand rêve des floraisons d’André Dhôtel (éditions Klincksieck)
  • Jours de famine et de détresse de Neel Doff (L’Échappée)
  • Juifs sans argent de Michael Gold (Nada éditions), traduit de l’anglais (États-Unis) par Romain Guillou
  • La peau dure de Raymond Guerin (Finitude)
  • Mais leurs yeux dardaient sur Dieu de Zora Neale Hurston (Zulma), traduit de l’anglais (États —
    Unis) par Sika Fakambi
  • Méditerranée de Panaït Istrati (L’Échappée)
  • L’Élève Gilles d’André Lafon (L’Éveilleur)
  • Le tonneau magique de Bernard Malamud (Rivages), traduit de l’anglais (États-Unis) par Josée Kamoun
  • Œuvres complètes d’Ossip Mandelstam (Le Bruit du temps), Traduit du russe par Jean-Claude Schneider
  • Le monde selon Barney de Mordecaï Richler (Éditions du Sous-sol), traduit de l’anglais (Canada) par Lori Saint-Martin et Paul Gagné ;
  • Les léopards de Kafka, de Moacyr Scliar (Éditions Folies d’encre), traduit du portugais (Brésil) par Philippe Poncet
  • L’Île au trésor de Robert Louis Stevenson (Tristram), nouvelle traduction de l’anglais par Jean — Jacques Greif
  • Le jeu d’échec d’Édith Thomas (Viviane Hamy)
  • Une empreinte sur la terre (T3 du Buru quartet) de Pramoedya Ananta Toer (Zulma), traduit de
    l’indonésien par Dominique Vitalyos
  • Le livre des monstres, de Juan Rodolfo Wilcock (L’Arbre vengeur), traduit de l’italien par Lise Chapuis
 

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.