La liste des jurés du Prix Femina s'affine, en attendant la remise de la récompense prévue pour le 3 novembre prochain au Cercle Interallié. 18 titres, et autant d'auteurs, se répartissent désormais dans 3 catégories distinctes : roman français, roman étranger et essai. Au total, on y dénombre 7 femmes, pour 11 hommes.

 


Le Prix Femina, une académie féminine (via PrixFemina.org)

 

 

Les jurés du Prix Femina ont, cette année, décidé de migrer vers le Cercle Interallié, au détriment de l'Hôtel Meurice, dont le propriétaire, le sultan de Brunei Hassanal Bolkiah, s'était dit favorable au retour de la Charia dans son pays. Un choix politique, donc, qui vient réinjecter une forme d'engagement au sein de la récompense littéraire.

 

Du côté de la liste des lauréats :

 

Roman français :

 

  • L'Homme qui marche, Yves Bichet (Mercure de France)
  • Joseph, Marie-Hélène Lafon (Buchet-Chastel)
  • Bain de lune, Yanick Lahens (Sabine Wespieser)
  • Terminus radieux, Antoine Volodine (Seuil)
  • Tristesse de la terre, Éric Vuillard (Actes Sud)

 

Romans étrangers :

 

  • L'Homme provisoire, Sebastian Barry (Gallimard)
  • Prière pour celles qui furent volées, Jennifer Clement (Flammarion)
  • Amour de pierre, Grazyna Jagielska (les Equateurs)
  • La Couleur du lait, Nell Leyshon (Phébus)
  • Ce qui reste de nos vies, Zeruya Shalev (Gallimard)

 

Essais :

 

  • À la lecture, Véronique Aubouy et Mathieu Riboulet (Grasset)
  • Les déshérités ou l'urgence de transmettre, François-Xavier Bellamy (Plon)
  • Août 14 : la France entre en guerre, Bruno Cabanes (Gallimard)
  • San Michele, Thierry Clermont (Seuil)
  • Sigmund Freud en son temps et dans le nôtre, Elisabeth Roudinesco (Seuil)
  • Richelieu : l'aigle et la colombe, Arnaud Teyssier (Perrin)
  • Et dans l'éternité, je ne m'ennuierai pas : souvenirs, Paul Veyne (Albin Michel)
  • Fouché : les silences de la pieuvre, Emmanuel de Waresquiell (Tallandier)