300 originaux de Sempé, en liberté : “J’aimais dessiner, même mal”

Nicolas Gary - 17.06.2019

Culture, Arts et Lettres - Expositions - Sempé exposition - Petit Nicolas - dessins illustrations


Récemment ouvert, le Musée Mer Marine de Bordeaux (situé à proximité de la base sous-marine) offre une nouvelle exposition temporaire, jusqu’au 6 octobre. Elle est entièrement consacrée à l’œuvre de Sempé, que l’on découvre à travers des centaines de dessins. Une chance rare, pour qui a apprécié Le Petit Nicolas, de mieux faire connaissance avec le dessinateur.

Exposition : Sempé, en liberté
 

De Sempé, on sait bien des choses, tant il nous a fait voyager dans la cour d’école du Petit Nicolas, avec René Goscinny. Originaire de Pessac (limitrophe de Bordeaux), né quelques années après son comparse créateur d’Astérix, Jean-Jacques Sempé se dévoile dans une exposition — et à travers plus de 300 dessins — autant qu’il expose les multiples facettes de son métier.

« Le métier de dessinateur d’humour est un métier qui ne donne jamais l’impression d’exister. […] Le dessin humoristique est un produit de luxe », peut-on lire sur l’un de nombreux panneau de citation.  

C’est en 1951 que Sempé publia ses premiers dessins, dans le journal Sud Ouest Dimanche, sous le pseudonyme DRO - homophone francisé de « draw », dessiner en anglais, se rendra-t-il compte. Arrivé à Paris en 1952, c’est avec Ici Paris, France Dimanche, Samedi soir, Nord et Blanc et bien d’autres publications qu’il poursuivra sa collaboration – sans jamais abandonner Sud Ouest Dimanche.

Exposition : Sempé, en liberté

 
« Je ne me suis jamais dit : “Mon truc, c’est le dessin.” J’aimais dessiner, même mal, et je me suis dit, je vais essayer. Je vais proposer des dessins aux journaux. Je vais voir », raconte l’auteur. N’oublions pas que le Petit Nicolas fait ses premières armes en 1954, occupant la dernière page du journal Moustique. Le personnage plutôt adepte des méchantes blagues, attendra encore la proposition de René Goscinny que de produire une BD, avant de prendre son envol véritable.

En septembre 1955, la première planche parait des Aventures du Petit Nicolas, mais prendra fin quand Goscinny est licencié de Moustique — Sempé démissionnera peu après. Alors, en 1958, Henri Amouroux leur suggère de reprendre les aventures dans Sud Ouest Dimanche, sous la forme d’histoires illustrées… Et c’est peu après qu’en vacances à Bordeaux, Alex Grall, épouse du patron des éditions Denoël, les découvre, et suggère d’en faire un livre.
 
Mais c’est en rencontrant Roger Thérond, alors directeur, passionné de dessin d’humour qu’en 1956, il intégrera les colonnes de Paris Match : d’un trait impersonnel pour qui le rire était fondamental, il évoluera alors vers une analyse décalée et bienveillante de la société. 

Exposition : Sempé, en liberté

 
Depuis les années 50, le journal faisait paraître chaque semaine une page de dessins français ou américains. En 56, une première page complète de dessins de Sempé est publiée. Et sur les encouragements de Thérond, Sempé s’investit – au point d’être aujourd’hui le plus ancien et régulier des collaborateurs, œuvrant chaque quinzaine. 

L’année suivante, il se lancera dans des dessins publicitaires, comme d’autres artistes de l’époque.

Paris, où il s’est installé depuis des années, lui fournira la matière de ses croquis de la vie de tous les jours. Adepte du vélo dans la capitale, Sempé navigue dans les rues. « Pendant trente ans, j’ai fait du vélo. Que je sois reçu à l’Elyée ou ailleurs, je faisais tout à bicyclette et c’était un grand bonheur pour moi », affirme-t-il.
 
En 1962, il a publié Rien n’est simple chez Denoël et en 65, c’est Françoise Giroud, à l’Express, qui lui propose une collaboration hebdomadaire pour saisir l’air du temps. Le Figaro et le Nouvel Observateur diffusaient déjà ses dessins, le voici maintenant à traquer « les prétentions minables ou les afféteries extravagantes ». Sans condamner. Simplement en regardant. 

Exposition : Sempé, en liberté

 
« Je ne crois pas que je dessine beaucoup de gens condamnables, qui aient besoin d’excuses. Je ne les excuse pas, ils vivent… Mes personnages sont des petites personnes comme vous et moi qui cherchent seulement à se débrouiller dans la vie », commente-t-il. 

Et puis, l’on retrouve ses dessins parus dans le New Yorker, où toujours le trait fin met en scène des morceaux de vie, critique ou amer, toujours avec un humour plus étudié. Pourtant, après plusieurs milliers de dessins, c’est dans le piano qu’il aurait aimé percer. La musique l’obsède, et certains de ses dessins en attestent. 

« Je regrette de m’être laissé grignoter par mon métier. Je n’avais pas assez de talent, pas de formation. J’ai dû pallier ces insuffisances par du travail. Je ne suis pas sûr d’avoir suivi un itinéraire. Le mot est très joli, mais j’ai seulement le sentiment d’avoir sautillé, contraint et forcé. J’ai fait ce que j’ai pu. » 
 
Cet optimisme mélancolique, que l’on retrouve durant toute sa carrière, c’est une forme de cynisme pudique : Sempé laisse le soin au lecteur d’achever ses dessins, de les mettre en perspective. Ses travaux provoquent le sourire, tout en incitant à réfléchir sur le monde, et envisager une autre complexité des rapports humains. 

Exposition : Sempé, en liberté

 
Il restera indifférent aux modes, se tiendra éloigné de la satire politique et du ricanement de caricatures trop simples. En l’espace de 56 années, de 1962 à 2018, il aura réalisé 40 albums, singeant nos pensées, nos attitudes, nos faiblesses et autres balourdises, avec une éternelle bienveillance.

« Le matin, je me dis qu’est-ce que je vais faire, voyons. Qu’est-ce que je vais faire ? Qu’est-ce que j’ai envie de faire… ? Je suis toujours en quête. Le matin, je suis un mendiant. Le soir, je suis rarement riche, hélas ! Mais je trouve toujours un truc à terminer, à avancer… Oh, je me joue beaucoup la comédie ! » 
 

<

>


Musée Mer Marine
89 rue des Etrangers 
33300 BORDEAUX
entrée, 9 € / 6 €
Jusqu’au 6/10/2019


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.