Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

40e édition du Prix du livre inter : Céline Minard, Faillir être flingué

Clément Solym - 02.06.2014

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - céline minard - prix du livre inter - Alain Mabanckou


Après 5 heures de délibération, le 40e lauréat du prix du livre Inter est donc une lauréate, Céline Minard, qui est récompensée pour le livre faillir être flingué, publié aux éditions Rivages, en août 2013. Une grande partie de la matinée sera consacrée à la remise de ce prix, avec la présence du président du jury, cette année, Alain Mabanckou.  

 

 

 

 

 

 

« Si on veut être un écrivain sérieux, un vrai écrivain, il faut faire de la fiction, et pas autre chose. Ou alors, on est poète, essayiste. Pour moi, le roman est LA forme de la littérature qui contient à la fois de la politique, de la pensée. Et la fiction, c'est ça qui permet de jouer avec les genres et les différentes formes de pensée, les mélanger, les englober aussi », expliquait la romancière.

Un souffle parcourt l'espace inhospitalier des prairies vierges du Far-West, aux abords d'une ville naissante vers laquelle toutes les pistes convergent. C'est celui d'Eau-qui-court-sur-la plaine, une jeune Indienne dont tout le clan a été décimé, et qui, depuis, déploie ses talents de guérisseuse aussi bien au bénéfice des Blancs que des Indiens. 

Elle rencontrera les frères Brad et Jeff traversant les grands espaces avec leur vieille mère mourante dans un chariot brinquebalant tiré par deux boeufs opiniâtres ; Gifford qui manque de mourir de la variole et qu'elle sauve in extremis ; Zébulon poursuivi par Elie dont il a dérobé la monture, Arcadia, la musicienne itinérante, qui s'est fait voler son archet par la bande de Quibble.

Et tant d'autres personnages, dont les destins singuliers, tels les fils entretissés d'une même pelote multicolore, composent une fresque sauvage où le mythe de l'Ouest américain, revisité avec audace et brio, s'offre comme un espace de partage encore poreux, ouvert à tous les trafics, à tous les transits, à toutes les itinérances.

Car ce western des origines, véritable épopée fondatrice, tantôt lyrique, dramatique ou burlesque, est d'abord une vibrante célébration des frontières mouvantes de l'imaginaire.

 

Céline Minard, était bien entendu l'invitée de luxe, ce matin, sur France Inter

 


L'invitée de 8h20 : Céline Minard, lauréate du... par franceinter

 

  

Retrouver un extrait de Faillir être flingué

 

Le roman de Cécile Minard figurait dans différentes listes de livres pour des récompenses, au fil de l'année, et obtenu le prix Virilo

Au cœur d'une rentrée littéraire faible, les jurés tiennent à souligner le plaisir de trouver un style précis et riche, qui ne s'ampoule pas de posture, mais raconte avec talent. C'est un roman aux multiples niveaux de lecture, qui éclaire les westerns crépusculaires d'un feu nouveau, aux jaillissements découpés par l'ombre portée d'un grand écrivain. C'est également une main tendue aux jurées du Femina, qui l'ont sélectionné comme finaliste. Sauront-elles enfin ne pas se tromper ?  

Après avoir étudié la philosophie, Céline Minard s'attache au travail d'écriture, collaborant parfois avec des plasticiens, comme scomparo. Son oeuvre marquerait « le retour de la fiction pure et dure dans le paysage littéraire français ». Elle a été pensionnaire de la Villa Médicis en 2007 et 2008 et en 2011 de la Villa Kujoyama. Elle reçoit le prestigieux Prix franco-allemand Franz Hessel 2011 pour « So Long Luise ». Son roman « Bastard Battle » a reçu en 2008 la mention spéciale du jury du Prix Wepler — Fondation La Poste et « Faillir être flingué » le Prix Virilo 2013, ainsi que le Prix du Style.