À Genève, “nous avons la chance d’avoir un public de lecteurs curieux”

Nicolas Gary - 29.04.2018

Culture, Arts et Lettres - Salons - salon livre genève - éditeurs public visiteurs - bilan salon geneve


#salondulivregeneve — Après cinq journées intenses, le Salon du livre de Genève ferme ses portes. Cette première édition pour Laurence Brenner, nouvelle directrice, s’achève sur une note d’optimisme. Voire toute une gamme. 


IMG_4650
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

« Redonner leur place aux éditeurs suisses romands, parce que nous restons avant tout le Salon du livre de Genève », expliquait Laurence Brenner en amont de la manifestation. Et bien entendu, la décision de rémunérer les auteurs cette année « replace les créateurs au centre de tout : si le public vient, c’est pour eux, et nous faisons de notre mieux pour les mettre en valeur. Nous avons la chance d’avoir un public curieux, ce qui nous incite à leur proposer la plus grande représentativité éditoriale possible  ».

 

L’édition 2018 aura un peu souffert du temps magnifique, qui encourageait plus certainement les Genevois à flâner autour du lac, c’est certain. Pourtant, cette journée de dimanche a vu l’affluence grandir amplement, avec 87.000 visiteurs, soit deux mille de mieux qu'en 2017. Et ce sera l’un des prochains paris pour les organisateurs : « Je reste persuadée que le salon doit prendre une ampleur plus populaire. Ce ne sera pas les Automnales [NdR, l’équivalent de la Foire de Paris], mais nous devons nous montrer plus accueillants encore. »
 

Démocratiser et populariser plus encore le salon

 

La réflexion se portera sur une démocratisation « et ne pas s’intéresser uniquement aux grands lecteurs : nous devons faire savoir que le salon s’adresse à tous – et peut-être, pour ce faire, introduire des connexions avec d’autres arts », note Laurence Brenner. Aborder le « mot » plus uniquement dans la page, mais dans ses multiples déclinaisons : « Une scène théâtrale avec des improvisations serait un moyen d’attirer des publics différents. » À la manière de ce que la scène La cuisine des livres réalise, connectant gastronomie et littérature, en mettant les auteurs aux fourneaux.

 

Mais également consolider les acquis, de toute évidence. Avec les scolaires, pour exemple, il faut maintenir le lien avec les tendances du moment. Mais également en anticiper d’autres, « pour répondre à nos missions de transmissions et d’éducation : le canton attend de nous que l’on intervienne comme des leviers ». 

La scène Young adult, probablement mal positionnée cette année, sera revue l’an prochain. Sa programmation et l’animation de Nine Gorman et Bulledop, booktubeuses particulièrement populaires, n’en restaient pas moins passionnantes.


IMG_4654
stand Québec Editions - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Séduire, convaincre les éditeurs et diversifier l'offre
 

« Plus généralement, nous devrons fédérer les visiteurs, et travailler spécifiquement sur la tranche des 30-50 ans, où nous avons encore une marge de progression. » Communication plus ciblée, messages spécifiques, outils numériques et bien entendu, des sélections de livres, avec la présence des auteurs — et de plus d’éditeurs, français, bien entendu, et belges. « Nous avons la chance de célébrer les 15 ans du Salon africain, d’avoir d’excellentes relations avec les éditeurs du Québec : une fois encore, Genève accueille la francophonie dans toute sa diversité. »
 

Pour la Belgique, les discussions ont déjà commencé ; pour les maisons françaises, « nous devons continuer nos échanges : Actes Sud a très bien compris l’importance de Genève, et offre cette année en plus une belle exposition pour les 20 ans des éditions Thierry Magnier ». De même pour Seuil — La Martinière qui sont revenus sur le salon cette année. « C’est pour nous une véritable victoire. Il nous reste à convaincre les autres de l’importance de leur présence. » 
 

Des espaces à animer pour exciter la curiosité

 

Et dans le même temps, apporter de nouvelles solutions pour de petits éditeurs, tout en encourageant les exposants à habiller leurs espaces. « Stimuler l’interaction avec les visiteurs est essentiel », indique Laurence Brenner.


Laurence Brenner
Laurence Brenner - ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Côté programmation, l’espace consacré à New York a été un plein succès, avec les signatures notamment de Douglas Kennedy et Marc Levy. « De même, le Valais avec son stand convivial a beaucoup plu. Cela nous invitera possiblement à reproduire cette approche, d’une animation que nous prenons en charge, face à un invité d’honneur. »

 

Pour les scènes thématiques, « il nous reste encore à affiner, certaines seront supprimées, d’autres doivent revenir : les ajustements viendront dans les prochains temps. Celle autour des médias a été redynamisée, et nous avons bien fait, celle de la philosophie a fait le plein… Et puis, nous nous réjouissons surtout de ce que les exposants sont satisfaits, avec des chiffres de vente manifestement bons ». 
 

Quant à la dimension professionnelle, « elle n’est plus à prouver. La légitimité des Assises de Genève est entérinée. Elles confirment, avec le temps, leur capacité à anticiper les tendances et répondre aux attentes des professionnels, tant en termes de réseautages et de rencontres, que d’information et de partage ». 
 

“La légitimité des Assises est enterinée”

 

Delphine Hayim, chargée de projet et responsable des Assises le souligne : « Les retours sur les Assises du livre africain sont extrêmement positifs. Les représentants de ministère de la Culture présents, autant que le ministre Maurice Bandaman, ont pu — et c’est rarement le cas — être en relation directe avec les éditeurs et échanger autour des problématiques. » De même que la rencontre aux Nations Unies, en partenariat avec l'OIF, qui préfigurait cette journée.


IMG_4274
Sylvie Forbin (Vice-Directrice générale de l’Organisation mondiale de la Propriété intellectuelle), Maurice Bandaman (Ministre de la Culture et de la Francophonie de la Côte d’Ivoire), Isabelle Durant (Secrétaire générale adjointe de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) et Éric Tistounet (Ecrivain et Chef de la Branche Conseil des droits de l’homme du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme) - ActuaLitté, CC BY SA 2.0


 

Et d’ajouter : « Nous avons d’ailleurs une bien meilleure idée de ce que les professionnels recherchent et sommes en mesure de leur fournir pleinement. À Genève, une éditrice américaine peut rencontrer une éditrice algérienne, et une nouvelle collaboration en découler. C’est ainsi que la francophonie s’exprime le mieux. »

 

Avec l’Alliance internationale des éditeurs indépendants, le salon a d’ailleurs pu offrir une matinée de formation, qui aura réuni plus d’une quarantaine d'auditeurs. De la même manière, la rencontre entre libraires francophones et éditeurs suisses romands, innovation majeure cette année, a été amplement saluée. « Nous envisagerons d’ouvrir plus largement ce moment, pour donner à chacun plus de temps, et ainsi favoriser les échanges. »

 

Pour Laurence Brenner, « les Assises incarnent un service pour les professionnels, qui ne se substitueront pas à Francfort, évidemment. Seulement, elles sont un événement unique dans la francophonie, de par la représentativité qu’elles offrent. C’est une manière d’attirer l’attention de chacun et de faire rayonner le salon lui-même auprès des acteurs du livre. Et les persuader que la dimension grand public est tout aussi qualitative que sa partie professionnelle ».

Retrouver les photos du Salon


Les insécables
lecture à vélo par Auguste Cheval – pseudonyme de Laurent Küng, authentiquement coursier à vélo dans les rues de Lausanne et écrivain, sur le stand Les Insécables


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.