Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

A livre ouvert ou presque : L'Envolée, une sculpture littéraire

Nicolas Gary - 07.10.2017

Culture, Arts et Lettres - Salons - lire poche gradignan - lecture poche livres - sculpture livre papier


Une envolée de lettres, au milieu d’un salon du livre, quoi de plus normal. Depuis plusieurs années, l’Association Lettres & Images travaille avec le salon Lire en Poche et réalise des œuvres en lien avec la thématique générale. Cette année, comme l’imaginaire a pris le pouvoir, l’œuvre a choisi d’explorer cette dimension.

 

IMG_1395
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Laurene Bucourt et Elizabeth Labalette, plasticiennes, exposent au regard de chacun L’Envolée : ni plus ni moins qu’un gigantesque livre ouvert, aux pages blanches — tout reste à écrire — au-dessus duquel sont suspendues des lettres, façon mobile. L’œuvre, fruit d’un travail de plusieurs semaines expliquent les artistes, s’inscrit dans la programmation de Lire en Poche.
 

La tenue idéale pour la rentrée littéraire, la fashion week des libraires

 

« Les organisateurs nous avaient donné carte blanche, et nous avions toutes deux l’envie de travailler sur la matière papier spécifiquement », explique Laurence Bucourt. Le papillon présent sur l’affiche de la manifestation a inspiré cette idée d’envol des lettres, « cela symbolise assez bien le jaillissement que les livres peuvent occasionner, tout à la fois le dynamisme et l’imaginaire », ajoute Elizabeth Labalette. 




 

En amont, le travail devait s’opérer dans le choix d’un grammage de papier assez résistant pour avoir du poids. Puis, dans l’esprit d’une page blanche à écrire, la couleur — ou plutôt son absence — s’est imposée. « Nous avons mis quelques notes de couleur, comme la couverture avec un bleu fort qui tranche bien, mais nous recherchions avant tout une dimension ascétique », expliquent-elles.
 

Montag ou la bibliothèque à venir : échapper à sa condition par les oeuvres


Ce que les artistes espèrent et attendent, c’est de pouvoir collaborer plus activement avec les bibliothèques, les écoles ou le privé. Mais Laurence Bucourt, qui possède déjà à travers son association une expérience en milieu scolaire, souhaiterait pouvoir transmettre et partager. « Nous serions disposées à intervenir dans les classes dans le cadre de l’Education Artistique et Culturelle, bien entendu. Nous sommes déjà prêtes », assurent-elles !

 



 


Lire en poche, le salon de Gradignan dédié aux petits formats