À Québec, les bouquinistes perdent une grande manifestation

Clément Solym - 14.05.2008

Culture, Arts et Lettres - Salons - Terrasse - livres - bouquinistes


Chaque été que l'Éternel fait depuis 15 ans, la terrasse Dufferin, longue de 671 mètres, créée en 1879 par le gouverneur éponyme du moment, accueille à Québec un rendez-vous livresque... qui cette année n'aura pas lieu. Parcs Canada a enterré la tradition qui regroupait les bouquinistes et aurait dû se tenir cette année du 18 juillet au 20 août.

Trop mercantile, pas assez tournée vers l'aspect culturel primordial, plus vraiment en adéquation avec les intentions de Parcs Canada... bref, fini pour la ville. Mais les principaux intéressés ont réagi à cette « décision sans fondement », estime M. Lavigueur, porte-parole des bouquinistes, pour qui « l’événement était devenu un classique à Québec ». Et d'ajouter : « On fait partie du patrimoine culturel de Québec ! Sans le livre et l’écrit, je ne sais pas ce que serait devenue la culture française. »


Mais si une protestation locale est un minimum, autant organiser une action dans toute la Province. Aussi, les bouquinistes solliciteront les organismes culturels susceptibles de devenir des partenaires, pour que l'événement ait lieu, malgré tout. Et M. Lavigueur de se montrer justement vigoureux : « On veut faire renverser la décision. Pour nous, ça n’a pas de sens. On ne veut plus des bouquinistes sur la terrasse alors qu’on est une organisation à but non lucratif, tandis qu’à côté on vend des hot dogs ! »

Pour les personnes sur place, les opinions sont mitigées : si l'on reconnaît que les livres vendus étaient trop onéreux, on loue aussi la tranquillité retrouvée sur la terrasse. Pour d'autres, la promotion de la littérature locale va prendre un coup dans l'aile. D'autant que le 400e anniversaire de la création de la ville est cette année. Hasard du calendrier ou malencontreuse coïncidence ?